26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Langouste rouge. Une campagne de marquage

Langouste rouge. Une campagne de marquage

Dernière mise à jour le vendredi 24 avril 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 23 Avril 2015
Visualiser l’article original



Malgré la chute de la production enregistrée dans les années 50, la langouste rouge fait toujours vivre quelques pêcheurs, en mer d’Iroise. Pour mieux comprendre l’évolution des stocks, une campagne de marquage vient d’être lancée par les pêcheurs. Depuis deux ans, les pêcheurs remontent de plus en plus de langoustes juvéniles dans leurs filets. La preuve, pour ces professionnels, de l’intérêt des mesures de gestion qu’ils ont prises depuis une dizaine d’années. Oui, mais voilà, soixante ans après la chute brutale et en partie inexpliquée des apports de langouste rouge, le compte n’y est toujours pas. Avec 15 tonnes débarquées, l’an passé, en Manche et en Atlantique, la situation n’a rien de commun avec les 1.500 tonnes annuelles de l’après-guerre. Trois fileyeurs de la mer d’Iroise en ont fait leur spécialité, pêchant chaque année près d’une tonne de ce crustacé réputé sur les grandes tables de l’Hexagone. Revendu en moyenne 43 € le kilo sous la criée de Brest (contre 15,50 € pour le homard), l’an passé, la langouste européenne est loin d’être marginale pour l’économie maritime. Une situation qui conduit les professionnels à s’intéresser de plus près à l’espèce « dont on ne sait pas grand-chose », selon Erwan Quéméneur, chargé de mission au comité départemental des pêches. 2.500 langoustes cette année Depuis le 17 février, il pilote une campagne de marquage d’ampleur, lancée entre l’estuaire de la Gironde et le Cotentin. Associés pour l’occasion à l’Ifremer, les pêcheurs professionnels volontaires devront marquer 2.500 langoustes, cette année. Des crustacés hors taille mais pas seulement. Le programme, lancé en association avec les autres comités départementaux bretons et les comités régionaux voisins, permettront également de marquer des langoustes de taille commerciale, grâce au financement apporté, notamment, par France filière pêche. Payées aux pêcheurs, elles seront remises à l’eau

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/langouste-rouge-une-campagne-de-marquage-17-04-2015-10598463.php

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP