20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Le Bassin : L’endroit idéal pour étudier les hippocampes

Le Bassin : L’endroit idéal pour étudier les hippocampes

Dernière mise à jour le mercredi 10 juillet 2013

Article paru
sur le site "20 minutes" - 10 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Le programme, baptisé Hippo-Bassin, a été lancé en 2012. « Nous disposons de très peu d’informations sur les hippocampes. Et, comme c’est sur le Bassin d’Arcachon que nous les trouvons en plus grand nombre en France, une observation de terrain approfondie a été initiée sur cette zone », explique Patrick Louisy, responsable scientifique de l’association Peau bleue, qui a une vocation naturaliste. Le projet d’observation associe également l’agence des aires marines protégées, en vue du projet de création d’un parc marin sur le Bassin d’Arcachon et l’association Ocean’Obs, investie dans la préservation de l’environnement marin.
Les plongeurs mis à contribution

Ce sont des plongeurs amateurs qui sont sollicités par Océan’Obs, grâce au soutien des clubs locaux et de la fédération française d’études et de sports sous marins. Comme l’identification ne requiert pas de compétence particulière, un animateur explique aux volontaires comment repérer les chevaux des mers et remplir les fiches à leur retour sur la terre ferme. « Le protocole scientifique est très simple, il suffit d’avoir des connaissances de base pour participer », souligne Damien Grima, coordinateur de l’observatoire participatif au sein de l’association Ocean’Obs.

Les deux espèces qui ont élu domicile sur le Bassin d’Arcachon, les hippocampes mouchetés et dans une moindre mesure ceux aux museaux courts, tous deux menacés, sont faciles à différencier. Les mouchetés possèdent des museaux plus longs. « Il y a des zones où on ne connait pas encore bien leur présence car il y a eu moins de plongées. Mais on sait qu’ils se trouvent surtout à l’ouest, entre l’île aux Oiseaux et le Cap Ferret », précise Damien Grima, coordinateur de l’observatoire participatif au sein de l’association Ocean’ Obs
Les connaître pour mieux les protéger

On n’a pas de réponse très claire sur la raison pour laquelle les hippocampes sont très présents. Un élément essentiel est la richesse organique du Bassin d’Arcachon qui leur procure leur nourriture favorite, de petits crustacés. Les courants de marées rentreraient aussi en jeu en faisant transiter des éléments nutritifs.

D’après les observations des ostréiculteurs, conchyliculteurs et pêcheurs du Bassin consultés en 2011, il y aurait eu une grosse diminution de la population d’hippocampes, puis une recrudescence, depuis environ trois ans. Pour l’instant, les scientifiques n’ont pas assez de données pour pouvoir se prononcer. Le programme Hippo-Bassin va permettre d’en savoir plus et de faire un premier bilan fin 2014.

Pour l’instant, les chevaux des mers ne semblent pas dans une situation périlleuse mais les spécialistes estiment qu’il est important de suivre les variations de cette population afin de pouvoir conseiller les décideurs, en cas de problème.
Lire l’arti_cle complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP