20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Marine et Océans" - Vendredi 30 Mars 2012
Visualiser l’article original



Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Le Canada surveille le bateau fantôme japonais que le tsunami et les courants marins ont poussé vers ses côtes et ne permettra pas qu’il s’y échoue, a annoncé vendredi le ministère des Transports.

Mais il n’interdira pas à d’éventuels amateurs de tenter d’en prendre le contrôle, a-t-il précisé.

Le bateau de pêche long de 65 mètres ne présente actuellement "aucun risque pour le public ou l’environnement", a indiqué la porte-parole du ministère fédéral dans la province de Colombie-Britannique, Sau Sau Liu, dans un courriel reçu par l’AFP.

Si jamais un danger de pollution était décelé, ce serait la garde côtière canadienne qui serait chargée d’y répondre, a ajouté Mme Liu.

Elle a reconnu que les autorités canadiennes étaient incapables de dire "dans quelle direction le bateau dériverait, dans la mesure ou’ cela dépend de courants marins et de vents imprévisibles".

Si le chalutier arrive à moins de 12 milles nautiques des côtes canadiennes, le ministère des Transports agira en tant que "receveur d’épaves", autrement dit devra assurer la garde du bateau en absence de son propriétaire légal.

Toute personne qui voudrait trouver l’épave et en prendre possession, n’aurait pas besoin d’une autorisation pour cela, mais, une fois le bateau à moins de 12 milles nautiques des côtes, elle devrait le déclarer au receveur d’épaves, a encore précisé le ministère.

Le propriétaire japonais du chalutier fantôme qui a traversé le Pacifique après avoir été emporté par le tsunami il y a un an n’a pas l’intention de le reprendre.

Aperçu il y a une dizaine de jours par par une patrouille des forces aériennes du Canada, taché par la rouille mais intact, le bateau se trouvait à ce moment-là à la dérive à 280 km au large de la côte sud des îles Haida Gwaii, soit à quelque 1.500 km au nord de Vancouver.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP