23 juillet : Brexit. Les pêcheurs toujours dans le bleu 21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?
Accueil > Actualités de la mer > Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Marine et Océans" - Vendredi 30 Mars 2012
Visualiser l’article original



Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Le Canada surveille le bateau fantôme japonais que le tsunami et les courants marins ont poussé vers ses côtes et ne permettra pas qu’il s’y échoue, a annoncé vendredi le ministère des Transports.

Mais il n’interdira pas à d’éventuels amateurs de tenter d’en prendre le contrôle, a-t-il précisé.

Le bateau de pêche long de 65 mètres ne présente actuellement "aucun risque pour le public ou l’environnement", a indiqué la porte-parole du ministère fédéral dans la province de Colombie-Britannique, Sau Sau Liu, dans un courriel reçu par l’AFP.

Si jamais un danger de pollution était décelé, ce serait la garde côtière canadienne qui serait chargée d’y répondre, a ajouté Mme Liu.

Elle a reconnu que les autorités canadiennes étaient incapables de dire "dans quelle direction le bateau dériverait, dans la mesure ou’ cela dépend de courants marins et de vents imprévisibles".

Si le chalutier arrive à moins de 12 milles nautiques des côtes canadiennes, le ministère des Transports agira en tant que "receveur d’épaves", autrement dit devra assurer la garde du bateau en absence de son propriétaire légal.

Toute personne qui voudrait trouver l’épave et en prendre possession, n’aurait pas besoin d’une autorisation pour cela, mais, une fois le bateau à moins de 12 milles nautiques des côtes, elle devrait le déclarer au receveur d’épaves, a encore précisé le ministère.

Le propriétaire japonais du chalutier fantôme qui a traversé le Pacifique après avoir été emporté par le tsunami il y a un an n’a pas l’intention de le reprendre.

Aperçu il y a une dizaine de jours par par une patrouille des forces aériennes du Canada, taché par la rouille mais intact, le bateau se trouvait à ce moment-là à la dérive à 280 km au large de la côte sud des îles Haida Gwaii, soit à quelque 1.500 km au nord de Vancouver.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP