18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Marine et Océans" - Vendredi 30 Mars 2012
Visualiser l’article original



Le Canada empêchera le bateau fantôme de s’échouer sur ses côtes

Le Canada surveille le bateau fantôme japonais que le tsunami et les courants marins ont poussé vers ses côtes et ne permettra pas qu’il s’y échoue, a annoncé vendredi le ministère des Transports.

Mais il n’interdira pas à d’éventuels amateurs de tenter d’en prendre le contrôle, a-t-il précisé.

Le bateau de pêche long de 65 mètres ne présente actuellement "aucun risque pour le public ou l’environnement", a indiqué la porte-parole du ministère fédéral dans la province de Colombie-Britannique, Sau Sau Liu, dans un courriel reçu par l’AFP.

Si jamais un danger de pollution était décelé, ce serait la garde côtière canadienne qui serait chargée d’y répondre, a ajouté Mme Liu.

Elle a reconnu que les autorités canadiennes étaient incapables de dire "dans quelle direction le bateau dériverait, dans la mesure ou’ cela dépend de courants marins et de vents imprévisibles".

Si le chalutier arrive à moins de 12 milles nautiques des côtes canadiennes, le ministère des Transports agira en tant que "receveur d’épaves", autrement dit devra assurer la garde du bateau en absence de son propriétaire légal.

Toute personne qui voudrait trouver l’épave et en prendre possession, n’aurait pas besoin d’une autorisation pour cela, mais, une fois le bateau à moins de 12 milles nautiques des côtes, elle devrait le déclarer au receveur d’épaves, a encore précisé le ministère.

Le propriétaire japonais du chalutier fantôme qui a traversé le Pacifique après avoir été emporté par le tsunami il y a un an n’a pas l’intention de le reprendre.

Aperçu il y a une dizaine de jours par par une patrouille des forces aériennes du Canada, taché par la rouille mais intact, le bateau se trouvait à ce moment-là à la dérive à 280 km au large de la côte sud des îles Haida Gwaii, soit à quelque 1.500 km au nord de Vancouver.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP