21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Le Cnes et la Nasa vont surveiller les eaux de la planète

Le Cnes et la Nasa vont surveiller les eaux de la planète

Dernière mise à jour le lundi 5 mai 2014

Article paru
sur le site "Figaro" - 1 Mai 2014
Visualiser l’article original



Les agences française et américaine signent vendredi l’accord de coopération pour la mission Swot, qui va mesurer le niveau des océans et des cours d’eau.

La connaissance des océans et des ressources en eau douce de la planète va faire un grand bond avec le futur satellite franco-américain Swot (Surface Water and Ocean Topography). Jean-Yves Le Gall, président du Cnes et son homologue américain Charles Bolden, administrateur de la Nasa, doivent signer vendredi matin à Washington l’accord qui donne un feu vert à cette ambitieuse mission spatiale, dont le lancement est prévu vers 2019-2020.

Ce prochain satellite s’inscrit dans une série de partenariats qui dure depuis plus de vingt ans entre les deux agences spatiales. En 1992, la mission franco-américaine Topex-Poséidon avait révolutionné le domaine de l’altimétrie par satellite en permettant de mesurer la hauteur des océans à 1 ou 2 cm près. Cette mission pionnière a ensuite été poursuivie, toujours à l’initiative de Paris et de Washington, par les satellites Jason 1 et 2.

« Grâce aux équipes du Cnes, et notamment au centre de Toulouse, la France détient les meilleures compétences mondiales dans le domaine de l’altimétrie spatiale, affirme Jean-Yves Le Gall. C’est donc plus que logique que nous soyons à bord de Swot, qui va permettre tellement d’analyses nouvelles. » Cette coopération « illustre aussi la nouvelle manière de faire du Cnes, qui a développé des capacités techniques uniques, qui lui permettent de fournir des éléments indispensables dans le cadre de partenariats avec d’autres pays, complète Jean-Yves Le Gall. C’est grâce à la même logique que nous sommes sur Mars, à bord du rover Curiosity de la Nasa, avec les instruments Chemcam et Sam. »
Une rupture technologique

Les missions d’altimétrie précédentes comme Topex-Poséidon et Jason avaient déjà une précision exceptionnelle, permettant de « voir » le niveau des océans monter de 3 mm par an à cause du réchauffement global, mais elles avaient une couverture très partielle de la planète. Leurs altimètres étaient capables de mesurer le niveau de l’eau à la verticale sous le satellite, mais étaient aveugles sur de grandes bandes de 100 à 200 km de large entre chaque passage au sol.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP