25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Actualités de la mer > Le Cnes et la Nasa vont surveiller les eaux de la planète

Le Cnes et la Nasa vont surveiller les eaux de la planète

Dernière mise à jour le lundi 5 mai 2014

Article paru
sur le site "Figaro" - 1 Mai 2014
Visualiser l’article original



Les agences française et américaine signent vendredi l’accord de coopération pour la mission Swot, qui va mesurer le niveau des océans et des cours d’eau.

La connaissance des océans et des ressources en eau douce de la planète va faire un grand bond avec le futur satellite franco-américain Swot (Surface Water and Ocean Topography). Jean-Yves Le Gall, président du Cnes et son homologue américain Charles Bolden, administrateur de la Nasa, doivent signer vendredi matin à Washington l’accord qui donne un feu vert à cette ambitieuse mission spatiale, dont le lancement est prévu vers 2019-2020.

Ce prochain satellite s’inscrit dans une série de partenariats qui dure depuis plus de vingt ans entre les deux agences spatiales. En 1992, la mission franco-américaine Topex-Poséidon avait révolutionné le domaine de l’altimétrie par satellite en permettant de mesurer la hauteur des océans à 1 ou 2 cm près. Cette mission pionnière a ensuite été poursuivie, toujours à l’initiative de Paris et de Washington, par les satellites Jason 1 et 2.

« Grâce aux équipes du Cnes, et notamment au centre de Toulouse, la France détient les meilleures compétences mondiales dans le domaine de l’altimétrie spatiale, affirme Jean-Yves Le Gall. C’est donc plus que logique que nous soyons à bord de Swot, qui va permettre tellement d’analyses nouvelles. » Cette coopération « illustre aussi la nouvelle manière de faire du Cnes, qui a développé des capacités techniques uniques, qui lui permettent de fournir des éléments indispensables dans le cadre de partenariats avec d’autres pays, complète Jean-Yves Le Gall. C’est grâce à la même logique que nous sommes sur Mars, à bord du rover Curiosity de la Nasa, avec les instruments Chemcam et Sam. »
Une rupture technologique

Les missions d’altimétrie précédentes comme Topex-Poséidon et Jason avaient déjà une précision exceptionnelle, permettant de « voir » le niveau des océans monter de 3 mm par an à cause du réchauffement global, mais elles avaient une couverture très partielle de la planète. Leurs altimètres étaient capables de mesurer le niveau de l’eau à la verticale sous le satellite, mais étaient aveugles sur de grandes bandes de 100 à 200 km de large entre chaque passage au sol.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP