21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Le Gulf Stream imperturbable face au réchauffement climatique

Le Gulf Stream imperturbable face au réchauffement climatique

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Dimanche 19 Février 2012
Visualiser l’article original



Le Gulf Stream imperturbable face au réchauffement climatique

En utilisant des données recueillies sur la circulation thermohaline Atlantique, des chercheurs climatologues ont réalisé la première prédiction concernant le développement des courants océaniques. Selon eux, le Gulf Stream ne devrait pas être touché par le réchauffement climatique sur le court terme.

Le Gulf Stream constitue un facteur déterminant dans le climat européen. C’est un courant océanique qui prend sa source entre la Floride et les Bahamas et se propage dans l’océan Atlantique vers la longitude du Groenland après avoir longé les côtes européennes. Il sert de régulateur climatique. Or, des chercheurs climatologues de l’Université d’Hambourg en Allemagne ont déterminé que la circulation Atlantique dont fait partie le Gulf Stream ne sera pas directement transformé par le réchauffement des températures.

Selon même, elle ne diminuera pas au moins durant les quatre prochaines années. Mais ce résultat n’est pas une découverte inédite alors qu’un article de 2010 publié par Geophysical Research Letters (GRL), révélait déjà que la Circulation Méridionale Atlantique (AMOC) ne montrait aucun signe d’essoufflement. Cette fois-ci, les chercheurs ont utilisé les données recueillies par des stations situées à 26,5 degrés de latitude Nord. Des informations avec lesquelles les climatologues peuvent maintenant prédire la force de la circulation thermohaline pour une période de sept ans.

La circulation océanique a une influence considérable sur le climat de la façade océanique de l’Europe sur la fréquence des ouragans dans le Golfe du Mexique et celle des sécheresses dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest. "Étant donné le lien avec le climat, il est très important que nous soyons maintenant capables de prédire quand l’AMOC sera plus faible ou plus fort sur une période donnée", a expliqué Jochem Marotzke, directeur à l’Institut de Météorologie Max Planck et chef de l’étude. "Nous pouvons également dire à coup sûr que la faiblesse de la circulation Atlantique en mars 2010 était seulement un phénomène passager", a insisté Daniel Matel, autre chercheur qui a participé aux travaux.

Une avancée majeure pour les prédictions climatiques

Désormais, "nous pouvons prévoir le temps correctement pour quelques jours et nous pouvons calculer le changement climatique à long-terme, mais notre habilité à prédire efficacement les effets du climats à cause de l’activité humaine pour les années à venir est très limitée. Le fait que nous puissions prédire maintenant la circulation Atlantique pour plusieurs années signifie une avancée majeure pour les prévisions climatiques dans seulement quelques années", conclut Jochem Marotzke cité par notre-planete.info.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP