26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Le Marion Dufresne : le bateau océanographique le plus grand d’Europe

Le Marion Dufresne : le bateau océanographique le plus grand d’Europe

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "France Info" - Samedi 10 Mars 2012
Visualiser l’article original



Le Marion Dufresne : le bateau océanographique le plus grand d’Europe

Les terres australes françaises, sont occupées en permanence par des scientifiques qui sont relevés et ravitaillés par un bateau très particulier : Le Marion Dufresne, le plus grand bateau océanographique d’Europe.

Ce bateau bien équipé est le seul moyen d’atteindre les terres australes françaises. Des scientifiques sont actuellement à bord dans l’océan indien sud pour effectuer des missions telles que le suivi acoustique des baleines ou les tremblements de terre sous-marins, ou encore le programme phare : les carottages des sédiments en eaux profondes.

Tout l’équipage s’est mobilisé sur le pont du bateau pour offrir à France info toute la diversité du travail fourni à bord tant par les scientifiques que par l’équipe technique.

Interview complète de l’équipage du Marion Dufresne (sur l’article original)

Alain Mazaud, paléo-climatologue au LSCE (Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement), est le chef de la mission actuelle "indien sud 2". Il nous explique les missions et le circuit du bateau et notamment l’importance de l’étude des carottages des sédiments pour comprendre le phénomène du climat, sachant que la mer recouvre 70% de notre planète terre. On a ainsi découvert que lorsque les calottes glacières étaient importantes, le niveau de la mer était plus bas de 120 mètres ! C’est dire l’importance de la surveillance du climat et de la fonte des glaces.

Bernard Lassiette est le commandant du navire exploité par CMA CGM, affrété par les terres australes et antarctiques françaises, et mis à disposition des institutions telles que l’IPEV (Institut Paul Emile Victor) connu comme l’institut polaire. Il nous explique qu’avec son équipage d’environ 40 personnes, il assure la navigation dans des météos quelques fois sévères. Les quarantièmes rugissants pouvant donner des vents supérieurs à 150 km/h.

Claire Lo Monaco revient chaque année avec une équipe pour constater l’évolution du CO2 et les échange entre l’atmosphère et l’océan.

Françoise Cardou et sa collègue ont été relevées à bord du Marion Dufresne. Elles reviennent de Kerguelen où elles sont restées isolées pendant 14 mois, pour y observer l’évolution de la faune et la flore. Pour éviter la prolifération d’espèces invasives importées par l’homme, un programme de bio protection est mis en place.

Jean-Yves Royer est chercheur au CNRS à Brest. Il met en place "des hydrophones" pour enregistrer les bruits des activités sous marine volcaniques et sismiques, ainsi que le suivi des baleines bleues. Surprise de cette mission, ils ont pu entendre des craquements d’icebergs en antarctique à 2.000 kms plus au sud, ce qui donne des informations sur le réchauffement.

Bernard Olivier est ingénieur au CNRS. Avec cinq personnes de son équipe, il assure la logistique de tous les matériels.

Ivan Réaut de l’institut polaire, nous explique la technique des carottages, une difficile mise en place surtout lorsque qu’on va chercher des échantillons à plusieurs milliers de mètres de profondeur. Le bateau devant rester particulièrement stable.

Nicolas Caillon s’occupe à l’aide du laboratoire embarqué des premières analyses des carottes et explique comment (notamment avec la couleur venant de la concentration des planctons) il peut reconstituer le climat d’il y a quelques millions d’années.

Romuald Bellec s’occupe de la logistique et de l’approvisionnement du bateau et des sites scientifiques les plus reculés.

Enfin, Gilbert Duval, médecin urgentiste vit enfin sa passion : la mer, après avoir passé sa carrière en milieu hospitalier. Il dispose "au cas où" d’un bloc opératoire et assure le suivi et l’urgence d’un rapatriement éventuel dans la région.

Si vous voulez revivre la marche de l’empereur et découvrir ces paysages encore protégés avec ses milliers de manchots, et ces millions d’oiseaux, le Marion Dufresne accepte quelques touristes à bord. Mais il y a peu de places, l’agence "Grand nord grand large" qui le commercialise offre également des possibilités de croisières polaires en compagnie de scientifiques au Spitzberg l’été et en antarctique l’hiver

Marie Fouquart, responsable des croisières polaires à "Grand Nord, grand Sud" (00:00:18) (sur l’article original)

Annexes

Il existe également des carottes de glaces effectuées qui, elles, déterminent la composition et l’évolution de l’atmosphère. Il ne fait aucun doute pour Jean Jouzel, chercheur du climat qui avec le GIEC a reçu le prix Nobel de la paix, que l’homme est bien responsable du réchauffement climatique sur terre lors de l’observation durant ces 200 dernières années. Il y a urgence à réagir si nous voulons éviter des catastrophes climatiques et donc financières et sociales.

interview complète de jean JOUZEL (sur l’article original)

Peu d’endroits au monde abritent encore des populations animales de l’importance de celles des Taaf : manchot empereur, grand albatros, manchot royal, éléphant de mer, otarie d’Amsterdam, pétrel géant, skua, gorfous, sternes…qui se comptent par milliers suivant les saisons et les espèces.
Les Taaf ont créé en octobre 2006 une réserve naturelle couvrant une superficie d’environ 700.000 hectares dans les îles subantarctiques. Cette réserve est de très loin la plus grande de France. En protégeant les écosystèmes terrestres et marins exceptionnels des Kerguelen ou de l’archipel Crozet, elle permettra aux chercheurs de continuer à mener des travaux essentiels pour la connaissance et la protection de la biodiversité.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP