21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Le Maui, un dauphin menacé d’extinction

Le Maui, un dauphin menacé d’extinction

Dernière mise à jour le vendredi 14 juin 2013

Article paru
sur le site "Figaro nautisme" - 12 Juin 2013
Visualiser l’article original


Le Maui est le dauphin le plus rare de la planète. Il ne reste plus que 55 cétacés adultes de cette espèce qui vit uniquement au large de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Actuellement, les défenseurs de la vie sauvage pressent le gouvernemet à agir enfin pour éviter qu’il disparaisse à jamais.

De petite taille (1,7 mètre au maximum), gris et blanc, le dauphin Maui tient son nom d’un demi-dieu polynésien. Au vu du nombre réduit de survivants, les experts estiment probable son extinction d’ici 2030 si aucune mesure d’urgence n’est prise. Il n’a été observé que dans les eaux peu profondes en bordure de la côte occidentale de l’île du Nord. Et cinq de ces cétacés sont tués tous les ans par les pêcheurs, lors de prises accidentelles, explique Liz Slooten, professeur de zoologie à l’Université d’Otago, citant un rapport d’experts commandité par le gouvernement.

"Ces dauphins sont au bord de l’extinction. Si on ne fait pas quelque chose tout de suite, jamais ils ne survivront", prévient-elle.

Selon Wellington, les filets maillants, ces filets de nylon fixés verticalement et laissés dans l’eau pendant de longues périodes, sont la principale cause de disparition des dauphins. Les associations écologiques pointent du doigt l’exploitation minière des fonds sous-marins, y compris la surveillance sismique.

L’an dernier, quelques restrictions ont été prises en matière de filets maillants et de pêche au chalut, dans la zone de vie des dauphins Maui. Mais le gouvernement a refusé de les interdire complètement, comme le recommandait la Commission baleinière internationale (CBI).

Il a préféré ouvrir une enquête pour la mise en place d’un programme de sauvegarde, qui doit évaluer les risques pour les dauphins et ceux encourus par "les communautés de pêcheurs si la pêche est interdite".

L’enquête a pris fin en novembre mais rien n’a été annoncé et le gouvernement est accusé d’immobilisme par les écologistes.

"Le temps est un facteur essentiel avec des populations aussi basses, leur nombre peut chuter d’un coup", s’inquiète Karli Thomas, membre de Greenpeace. "Nous craignons que le gouvernement fasse trainer les choses jusqu’à un point de non-retour. Attendre qu’on n’en parle plus, faute de survivant, n’est pas une solution".

Sur la côte de l’île nord néo-zélandaise, les pêcheurs démentent être la cause de la disparition du mammifère marin. Ils se voient comme le bouc émissaire des défenseurs de l’environnement. En 25 ans, il n’y a eu qu’un seul dauphin Maui pêché par accident, assure Keith Mawson, un représentant de l’industrie de la pêche de cette région. Et encore, il s’agissait sans doute d’un cousin du Maui, le dauphin Hector, assure-t-il.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP