13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Le Portugal a fonctionné pendant quatre jours uniquement à l’énergie (...)

Le Portugal a fonctionné pendant quatre jours uniquement à l’énergie verte

Dernière mise à jour le lundi 23 mai 2016

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 20 Mai 2016
Visualiser l’article original


Début mai, le Portugal a fonctionné pendant plus de quatre jours grâce au vent, au soleil et à l’eau, sans avoir recours à des énergies fossiles.

107 heures. Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais c’est énorme. C’est en tout cas une première mondiale, dont il faut espérer qu’elle soit très vite réitérée, et améliorée. Car 107 heures, cela représente quatre jours et demi pendant lesquels le Portugal a fonctionné uniquement avec des énergies renouvelables.

Du 7 mai à 6 h 45 du matin au 11 mai à 17 h 45, selon le rapport du gestionnaire du réseau électrique portugais Redes Energéticas Nacionais (REN), la consommation du pays a en effet été entièrement couverte par l’éolien, l’hydroélectricité et le solaire. « Pendant 107 heures, il n’y a pas eu besoin de recourir à des énergies fossiles, aux centrales thermiques, au charbon ou au gaz naturel », explique le site portugais Zero.

La consommation électrique a doublé depuis 1990
Que les choses soient claires : les centrales ne se sont pas arrêtées, les importations de matières primaires (pétrole, gaz, charbon) n’ont pas cessé. Simplement, pendant quatre jours et demi, la fourniture de courant par les seules énergies renouvelables a été d’un niveau tel que les autres moyens de production n’étaient plus nécessaires.

Certains pointeront du doigt la taille (92 000 km2) et la population (un peu plus de 10 millions d’habitants) relativement modestes du Portugal. Ils auront tort.

D’abord parce que ses besoins en énergie sont réels : depuis 1990, la consommation électrique a doublé, pour atteindre 50 TWh en 2015 (en France, pour comparaison, elle est de 490 TWh).

L’Allemagne en pointe aussi
Ensuite parce que la grande Allemagne elle-même, le 8 mai dernier, a couvert pendant 24 heures 87 % de ses besoins en électricité avec les seules énergies renouvelables (55 gigawatts sur les 67 consommés ce jour-là).
.
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP