19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec 5 mars : Norrd-Finistère. Un très vieux coquillage découvert
Accueil > Actualités de la mer > Le bar menacé d’extinction : comment une mode alimentaire peut décimer une (...)

Le bar menacé d’extinction : comment une mode alimentaire peut décimer une espèce en quelques années

Dernière mise à jour le dimanche 29 septembre 2013

Article paru
sur le site "Atl
lantico
" - 27 septembre 2013
Visualiser l’article original


On savait le thon rouge gravement menacé d’extinction. Quid du bar ? Le stock mondial de ce poisson, parfois appelé "loup", a diminué de 32% depuis 2009, selon le Conseil International pour l’Exploration de la Mer (CIEM). Cet organisme scientifique affirme que les pêcheurs du Royaume-Uni, des îles de la Manche, de Belgique, des Pays-Bas, du Danemark et de France devraient collectivement réduire leurs prises de 36% pour espérer sauver cette espèce, rapporte Quartz.

Le bar européen, également nommé "perche de mer", est un poisson très populaire qui se retrouve facilement dans nos assiettes. Les Italiens en mangent beaucoup, notamment pendant les fêtes de fin d’année. Depuis une dizaine d’années, il est aussi particulièrement apprécié par les Espagnols, les Grecs et les Turcs. Plus récemment, le bar est devenu un mets de choix outre-Manche : les Britanniques en ont acheté pour 35,6 millions d’euros en 2012 (+10% par rapport à 2011).

Environ 150 000 tonnes de bar ont été consommées l’année dernière à travers le monde, selon les chiffres du Service national de la Pêche maritime (un organisme fédéral américain). La quasi-totalité de cette quantité n’a pas été pêchée en mer mais élevée dans des bassins qui se trouvent généralement en Grèce, en Espagne et à Chypre.

Ce qui peut paraître étrange, étant donné que le bar d’élevage a des risques importants d’être bourré d’antibiotiques et impropre à la consommation. Il est aussi - bien sûr - beaucoup moins cher : le prix du bar sauvage s’établit actuellement 22,2 euros le kilo, selon Globefish. De son côté, le bar d’élevage coûte environ 9,6 euros le kilo - un prix qui peut descendre à 3 euros !

A cause de l’appauvrissement des ressources, le Conseil International pour l’Exploration de la Mer a demandé à l’Union européenne de pêcher seulement 2 070 tonnes de bar l’année prochaine. Une perspective qui séduit peu les pêcheurs européens. "Une réduction de 36% nous mettrait à genou. Je pêche en moyenne cinq bars par jours, en pêcher deux ou trois ruinerait mon business", fait valoir Andy Alcock, secrétaire du syndicat des Pêcheurs britanniques.

Atlantico a demandé son avis à Patrick Rambourg, historien des pratiques alimentaires et culinaires. Il tient un blog à lire ici.
Atlantico : Comment se fait-il que le bar, et plus généralement le poisson, soit devenu un aliment à la mode ?

Patrick Rambourg : Les Français se sont désintéressés du poisson pendant longtemps. Autrefois, il était imposé par l’Eglise certains jours de la semaine (le mercredi, le vendredi et le samedi) et durant la période du carême. Au XXe siècle, on considérait, notamment chez les classes moyennes, qu’il n’était pas assez valorisant. Puis la crise de la vache folle est venue modifier profondément les habitudes alimentaires des Français : on s’est méfié de la viande au moment où l’on a commencé à tenir des discours positifs à propos du poisson.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/bar-menace-extinction-comment-mode-alimentaire-peut-decimer-espece-en-quelques-annees-patrick-rambourg-851905.html#dM9AxOfhWAwHiFkw.99

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP