22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Le berlingot de mer : un petit coquillage qui peut rapporter (...)

Le berlingot de mer : un petit coquillage qui peut rapporter gros

Dernière mise à jour le mardi 14 mai 2013

Article paru
sur le site "Goodplanet" -

13 Mai 2013
Visualiser l’article original


Fléau pour les pêcheurs, le berlingot de mer récolté en baie de Cancale serait au contraire une perle des fonds marins, pour la poignée d’industriels audacieux qui tentent de développer ce marché en vantant sa chair généreuse en goût et les usages agricoles de sa coquille.

"Le berlingot de la mer ou crépidule est un cadeau de la mer car, contrairement à beaucoup d’espèces marines, c’est une ressource disponible en abondance à l’état naturel et elle reste encore quasi inexploitée", explique Pierrick Clément, directeur de la société Britexa implantée dans le Finistère. Cet illustre inconnu, capable d’accroître sa colonie de 10% par an, mérite bien son nom scientifique un peu coquin de "crepidula fornicata".

Formidable compétiteur sexuel, le berlingot a une capacité de reproduction qui le fait se compter par millions de tonnes en Bretagne. Il envahit progressivement les côtes de la Manche et de l’Atlantique.

Habitués à squatter des fonds marins peu profonds, ces coquillages délogent les gisements d’huîtres et de Saint-Jacques, au grand dam des pêcheurs qui se désolent de voir leur filets remplis de ces "parasites".

Parasite : un mot que ne peut entendre M. Clément, pour qui tout est bon dans ce coquillage, au point, pour le sortir de l’anonymat, de le faire concourir au Seafood 2013, le salon international de la pêche et des produits de la mer qui se tenait fin avril à Bruxelles.

La coquille d’abord : composée à 95% de carbonate de calcium elle peut, après broyage, remplacer avantageusement le maërl (corail breton) dont l’arrêt de l’usage est programmé en 2013, et être utilisée comme engrais ou incorporée dans la nourriture des bovins et des volailles.

Sa chair ensuite : consommée crue, elle offre un goût iodé et "très marin" ; légèrement cuite, elle dégage une subtile saveur de noisette ou de champignon, un potentiel gustatif qui a déjà séduit les grands noms de la gastronomie bretonne et nationale.

Si le berlingot de mer est déjà apprécié des gourmets et des gastronomes, la société Britexa vise à séduire maintenant le grand public en France et ailleurs.

Cela suppose le passage à une exploitation industrielle du coquillage. Trois années de recherche ont été nécessaires pour que la PME bretonne parvienne à concevoir un système de décorticage à froid qui n’altère pas la chair, explique M. Clément qui a investi 1,5 million d’euros dans cette aventure.

"L’usine pilote installée à Cancale (Ille-et-Vilaine) est capable de traiter 10 tonnes de coquillages par jour. L’objectif de 20 tonnes est en vue, mais pas encore atteint".

Pour l’instant, les berlingots de mer sont commercialisés uniquement en direction des restaurants et quelques tonnes partent vers l’Angleterre, l’Allemagne et de l’Espagne.

"Nous ne sommes pas prêts pour les grandes et moyennes surfaces, mais c’est notre prochaine cible", assure-t-il, tout en affirmant être en contact avec des grands noms de l’agroalimentaire.

Avec un prix compris entre 2 et 3 euros du kilo, le berlingot de mer pourrait rapidement trouver sa place dans les rayons des supermarchés tel quel ou transformé.

Hors de France, la PME bretonne pense avoir trouvé en Asie le débouché économique à la hauteur de ses ambitions : le berlingot de mer a séduit les Japonais pour son "taste of délicious", cette cinquième saveur chère à leur palais qui, à côté des quatre fondamentales - sucré, salé, acide et amer - n’est autre que l’"umami", le goût du "délicieux".

La société Britexa emploie huit salariés et génère un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros. Le comité conchylicole de Bretagne nord a fait l’acquisition en 2012 du premier navire crépidulier au monde
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP