26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > Le business des marchands de sable

Le business des marchands de sable

Dernière mise à jour le vendredi 7 juin 2013

Article paru
sur le site "RFI" - Juin 2013
Visualiser l’article original


Chaque année, environ 6 milliards de m3 de béton sont coulés dans le monde. Et la demande est exponentielle, particulièrement dans les pays émergents, qui doivent héberger une population de plus en plus nombreuse et de plus en plus urbaine (Chine, Inde, Singapour, etc.), ou encore dans les pays du golfe. Or, chacun le sait, le composant essentiel du béton, c’est le sable. En Asie, au Maghreb en Afrique de l’Ouest, ou en Australie, l’extraction industrielle du sable s’est donc considérablement développée, tout comme les carrières, soumises à un pillage intensif sur les littoraux.

Pour faire du béton, il faut du sable… beaucoup de sable. Un ingrédient qui représente jusqu’à 80% de sa composition. Il s’agit même là de la principale source d’utilisation de cette désormais précieuse matière minérale, bien avant la fabrication du papier, de la lessive, ou encore des microprocesseurs.

On comprend dès lors que l’extraction de quantités aussi phénoménales de sable devienne un commerce de plus en plus lucratif. Selon les auteurs d’un documentaire diffusé récemment sur Arte (Le sable, enquête sur une disparition), les échanges internationaux sont évalués à environ 70 milliards de dollars par an (50 milliards d’euros)

Or, comme toute matière première, les ressources en sable de bonne qualité constructive - ce qui n’est pas le cas par exemple, des sables du désert - ne sont pas infinies. Sur terre, les réserves se tarissent, en grande partie en raison du trafic et de l’extraction à grande échelle.

En raison de l’urbanisation à marche forcée, la Chine déplace des montagnes de sable
Stéphane Lagarde / RFI

Une situation qui a obligé les industriels à contourner le problème en allant chercher le sable sous la mer. Et l’impact sur l’environnement et les activités humaines est considérable.

Erosion côtière

Les premières victimes de cette quête effrénée de sables sous-marins sont par conséquent les écosystèmes marins, systématiquement détruits. Les machines d’extraction troublent l’eau et remettent en suspension des polluants (métaux lourds) contenus dans les sédiments, qui se retrouvent dès lors dans la chaîne alimentaire, et les pompes qui aspirent le sable ne font en effet pas le tri entre le sable, le plancton et autres animaux marins, tous aspirés par les immenses pompes, endommageant les écosystèmes sur des zones dépassant parfois largement les seuls sites d’extraction.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP