21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Le chinchard, un poisson en danger

Le chinchard, un poisson en danger

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "ConsoGlobe" - Vendredi 17 Février 2012
Visualiser l’article original



Le chinchard, un poisson en danger

Retrouvez la suite du guide poisson de consoGlobe. A l’honneur cette fois-ci : le chinchard. C’est un poisson méconnu, bon au goût et pour le porte-monnaie. Mais malheureusement, parce qu’il fait partie des espèces en danger il est important de se renseigner sur lui avant de le consommer avec modération.

Il n’est pas le plus populaire des poissons, pourtant, le chinchard risque bien de faire de plus en plus parler de lui mais pas de manière positive. En effet, fortement menacé, l’état de ses stocks est considéré comme inquiétant. Comme c’est un poisson-fourrage, sa disparition aurait des conséquences désastreuses sur le reste de la chaîne alimentaire.

Le chinchard, espèce menacée

Il existe deux espèces de chinchard (Trachurus spp.) : le chinchard commun qui vit en Atlantique sur un large territoire s’étendant des côtes norvégiennes jusqu’en Afrique du Sud, en passant par la mer Noire, la mer de Marmara et la Méditerranée ; le chinchard à queue jaune vit quant à lui dans une toute petite aire se limitant au Golfe de Gascogne et aux côtes méditerranéennes.

On peut le trouver sous d’autres noms : caringue, maquereau anglais, saurel commun ou sévereau.

Description du chinchard

Le chinchard commun ressemble au maquereau car son corps est tout aussi élancé et fusiforme. Son pédoncule caudal – la partie postérieure de son corps – est très fin. Son dos est assez foncé, d’une teinte allant du gris au verdâtre et ses flancs blanc argenté sont traversés par une ligne hérissée de piquants. Il possède de grands yeux et une mâchoire proéminente. Ses ouïes sont soulignées par de petites taches noires.

Adulte, il peut atteindre les 45 cm. Certains spécimens mesurent même jusqu’à 60 cm.
Habitat et alimentation

Le chinchard est un poisson pélagique c’est à dire qu’il vit en surface (comme la sardine, le maquereau ou encore l’anchois) C’est un poisson qualifié de grégaire car il vit en groupe et nage en banc. Il est surtout actif la nuit.

Le jeune chinchard se nourrit de petits crustacés, des copépodes. Adulte, il se nourrit de poissons, de mollusques et de crustacés.
Il vit en moyenne 15 ans et atteint sa maturité sexuelle à 3 ans.

L’état des stocks du chinchard

Les scientifiques estiment que les stocks de chinchards ont été divisés par 10 en vingt ans, passant de 30 millions de tonnes à moins de 3 millions aujourd’hui. En l’espace de 5 ans, de 2006 à 2011, une chute vertigineuse des stocks estimée à 63% a été constatée. Le chinchard a été repoussé jusqu’à la limite de l’Antarctique, où il est pêché par d’énormes chalutiers.

Certains scientifiques préconisent l’interdiction absolue de pêcher ce poisson pendant 5 ans, afin de parvenir à un état des stocks soutenable.

La pêche

Le chinchard se pêche à la traîne (comme le bar ou le maquereau) ou à la mitraillette (un « train » de 3 à 6 plumes munies d’hameçons.

Taille minimale de capture

La taille minimale de capture est de 15 cm en Manche, en Atlantique, en Mer du Nord et en Méditerranée.


Le saviez-vous ?

On peut aussi parler de maille légale de capture. La maille se mesure en partant de la pointe du museau jusqu’à l’extrémité de la nageoire. Il existe également la notion de maille biologique : c’est la taille à partir de laquelle le poisson peut se reproduire. Dans le cas du chinchard, elle est de 30 cm pour la Manche et de 23 cm pour la mer Méditerranée.


La consommation de chinchard

Poisson très consommé en Afrique, où on l’apprécie pour sa richesse en protéines, le chinchard « se cache » dans un autre type d’alimentation. Une partie conséquente des prises est dédiée à l’aquaculture ou à l’alimentation des porcs. En tant que poisson fourrage, 5 kg de chinchards sont nécessaires pour obtenir 1 seul kg de saumon d’élevage.

Maillon essentiel de la chaîne alimentaire, le Monde rapporte dans un article paru en janvier les résultats d’une étude menée par le ICIJ (International Consortium of Investigativ Journalists) : selon le journal, la situation critique des stocks de chinchard est annonciatrice de l’effondrement total d’autres espèces. « Quand il aura disparu, tout le reste aura disparu […]. C’est une frontière qui se fermera. »

Les qualités nutritionnelles du chinchard

Le WWF estime les stocks de chinchards sauvages de l’Atlantique Nord Est « acceptables ». Ainsi, le poisson peut-être consommé avec parcimonie. Vous apprécierez son prix : le chinchard est parmi les poissons bon marché. Vous trouverez sur les étals du poissonnier du chinchard gras ou maigre, sur une période s’étalant principalement d’avril à octobre.

Valeurs nutritionnelles

Elles sont estimées pour 100 g de filet frais.

- Pour le chinchard gras

Calories Protéines Glucides Lipides
142 6g 0,6 g 6,8 g

- Pour le chinchard maigre

Calories Protéines Glucides Lipides
95 18,7g 0,4 g 2 g

Vitamines

Le chinchard est riche en vitamine D qui permet la fixation du calcium sur les os et les renforce. Elle prévient les faiblesses musculaires, l’ostéoporose et les fractures. Elle renforce le système immunitaire et améliore la santé du système nerveux. La vitamine D concourt à la régularisation du cœur et prévient certaines formes de cancer.
C’est aussi une source de vitamine B12 indispensable au système nerveux ; vitamine PP nécessaire à la formation de deux enzymes indispensables pour l’assimilation des protéines, des glucides et des lipides ; et A, la vitamine de la vue.

Minéraux et oligo-éléments

Le chinchard est riche en phosphore, constituant essentiel des cellules osseuses et en potassium qui participe à l’équilibre acido-basique et prévient les risques d’hypertension.
Le chinchard est une excellente source d’oméga-3 qui fait partie des acides gras poly-insaturés et qui a un impact positif sur la dépression, l’arthrite, la prévention des maladies cardio-vasculaires, du cancer et probablement de la maladie d’Alzheimer.


Choisir et préparer le chinchard

Comme pour tous les poissons, vous évaluerez la fraîcheur du chinchard à son œil vif, clair et brillant. Prêtez attention à ses branchies : elles doivent être brillantes elles-aussi et d’une teinte uniforme.
Une fois préparé (vidé et étêté), vous récupèrerez 30% de déchets. Prévoyez 1 kg de chinchard pour 4 personnes.

Le chinchard se consomme cru sous forme de sushis mais également mariné, poché, poêlé, en papillote…



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP