24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > Le climat s’apaise autour du thon rougeouvel article

Le climat s’apaise autour du thon rougeouvel article

Dernière mise à jour le samedi 24 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Mai 2014
Visualiser l’article original



Le climat s’est apaisé, notamment en France, pour la pêche au thon rouge qui démarre le 26 mai en Méditerranée, où les règles draconiennes de protection de l’espèce commencent à porter leurs fruits. « Tous les signes sont positifs », confirme Sylvain Bonhommeau, chercheur à l’Ifremer de Sète (Hérault). Depuis 2010, trois fois plus de bancs de jeunes thons qu’il y a dix ans ont été repérés lors des observations aériennes menées par l’institut de recherche. « Beaucoup d’images négatives portées par le thon sont désormais des images du passé », estime Bertrand Wendling, directeur de la coopérative des pêcheurs de Sète, premier port thonier de France. Dans les années 90-2000, la prolifération des senneurs, des bateaux qui encerclent les bancs de thons dans un immense filet, pour satisfaire l’appétit du Japon et l’essor du marché du sushi dans le monde, a été à l’origine de la chute libre du plus gros stock de thon rouge au monde, formé de poissons naviguant entre l’Atlantique Est et la Méditerranée. Mais aujourd’hui, on pêche « très facilement de grandes quantités de thon rouge », assure Bertrand Wendling. Une amélioration due aux sévères mesures prises par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique entre 2007 et 2009 : réduction drastique des quotas de pêche, autorisation de pêche réduite à un mois par an pour les senneurs, limite des tailles de capture, arsenal de mesures de contrôle. Les armements français ont été frappés de plein fouet par la réduction des quotas. Il n’y a plus aujourd’hui que 17 thoniers senneurs en Méditerranée, contre 32 en 2008. Prochain défi pour la filière : convaincre la grande distribution de lever son boycott sur le thon rouge. Un enjeu crucial en termes d’image.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP