21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Le coelacanthe, "fossile vivant" du fond des mers, dévoile son (...)

Le coelacanthe, "fossile vivant" du fond des mers, dévoile son ADN

Dernière mise à jour le vendredi 19 avril 2013

Article paru
sur le site "La Croix" - 17 Avril 2013
Visualiser l’article original


Une équipe internationale de chercheurs a décodé le génome du coelacanthe, expliquant l’étrange aspect préhistorique de ce poisson et permettant de lever un coin du voile sur l’émergence des vertébrés terrestres, y compris les humains.

Ce "fossile vivant", témoin de la sortie des eaux voici quelque 365 millions d’années, fascine les scientifiques mais reste très mal connu. On l’a même longtemps cru disparu, jusqu’à ce qu’un pêcheur sud-africain remonte un spécimen dans ses filets en 1938.

L’événement est considéré comme une des plus grandes découvertes zoologiques du XXe siècle. Il a fallu attendre presque 15 ans avant qu’un autre spécimen ne soit pêché. Depuis, seulement 309 individus ont été découverts.

Des scientifiques de 40 instituts de recherche de 12 pays différents ont participé au séquençage du génome du coelacanthe africain - quelque 3 milliards de "lettres" d’ADN -, décrit mercredi dans la revue britannique Nature.

L’analyse confirme ce que les chercheurs suspectaient depuis longtemps : les gènes de ce très vieux poisson évoluent plus lentement que ceux de tous les autres poissons et vertébrés terrestres. Les chercheurs font l’hypothèse que les coelacanthes n’ont peut-être pas besoin d’évoluer, vivant à des profondeurs où peu de choses ont changé depuis des millénaires.

"Ce n’est pas un fossile vivant, c’est un organisme vivant", a souligné Jessica Alföldi (Broad Institute de MIT et Harvard, Cambridge, Etats-Unis), un des auteurs principaux de l’étude.

"Il ne vit pas dans une bulle de temps, il vit dans notre monde, c’est pourquoi il est si fascinant de découvrir que ses gènes évoluent plus lentement que les nôtres", a-t-elle ajouté.

Doigts et orteils

Le génome du coelacanthe permet également aux scientifiques d’aborder la question de l’évolution des premiers vertébrés terrestres à quatre pattes, les tétrapodes. L’animal porte en effet en lui les traces du passage entre le poisson et ces créatures terrestres : des ébauches de membres sur quatre de ses nageoires et une poche d’air qui serait le commencement d’un poumon primitif.

Les chercheurs ont comparé plusieurs jeux de gènes : ceux du coelacanthe, ceux d’un autre poisson étrange qui possède aussi des nageoires ressemblant à des pattes et des poumons, connu sous le nom de dipneuste africain (Protopterus annectens), et ceux de 20 autres espèces de vertébrés.

A travers cette étude, les tétrapodes apparaissent plus étroitement liés aux dipneustes qu’aux coelacanthes. Le problème, c’est que le génome du dipneuste, avec 100 milliards de lettres, est beaucoup trop lourd à séquencer en totalité.

Celui, plus modeste, du coelacanthe se révèle ainsi bien utile pour fournir des indices précieux sur les changements génétiques qui ont permis aux tétrapodes de se développer sur la terre.

L’étude comparative du génome du coelacanthe avec ceux d’animaux terrestres a conduit à plusieurs découvertes originales.

Les chercheurs ont repéré plusieurs grandes régions génétiques qui peuvent avoir joué un rôle dans la formation des éléments innovants des tétrapodes, comme les membres, doigts et orteils, ainsi que le placenta.

Ils ont par ailleurs constaté un nombre important de modifications liées au système immunitaire. Ces changements pourraient constituer une réponse à de nouveaux agents pathogènes rencontrés sur terre. Un constat similaire a été fait sur les gènes impliqués dans la perception des odeurs.

"Ce n’est que le début de nombreuses analyses sur ce que le coelacanthe peut nous apprendre sur l’émergence des vertébrés terrestres, y compris les humains", a souligné un des auteurs principaux de l’étude, Chris Amemiya (Institut de recherche Benaroya, Seattle, Etats-Unis).

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP