18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Le coup de chaleur peut’il déclencher une marée verte ?

Le coup de chaleur peut’il déclencher une marée verte ?

Dernière mise à jour le mardi 28 août 2012


Selon le CEVA, le coup de chaleur de ces derniers jours n’est pas responsable de l’échouage massif d’algues vertes sur les plages du Finistère.

La baie de la forêt, et plus spécifiquement les alentours de Fouesnant, sont confrontés à un taux record d’échouage d’algues vertes. Entre 5000 et 10000 tonnes pullulent actuellement sur les plages prisées des touristes. Seule solution pour que les plages restent ouvertes, le grand bal des tracteurs qui se succèdent à marée basse pour ramasser les algues. Si certains accusent hâtivement la vague de chaleur qui a concerné la totalité des littoraux, les spécialistes du CEVA (Centre d’Etudes et de Valorisation des Algues) avaient déjà constaté cette évolution nocive depuis le début de l’année. Le centre suit en effet l’évolution des surfaces d’échouage, mois après mois, sur une zone qui s’étale de la Normandie à Oléron. « En Bretagne, la fin de l’hiver et le début de printemps ont été hyper calmes, pas un seul coup de vent enregistré, explique Sylvain Ballu, responsable des suivis des marées vertes, ce qui a été favorable aux algues. Ensuite, à partir d’avril et jusqu’à juillet, les algues ont été repoussées vers le large en raison du vent et de la pluie ». La plupart des algues étaient donc bien là, tapies dans les fonds, et sont tout simplement remontées sur les plages lorsque les conditions ont été favorables : en l’occurrence, le coup de vent survenu mi-août, un vent de Sud qui a déclenché les marées vertes. Les températures caniculaires n’ont donc eu aucune incidence, puisqu’il faut des semaines, voire des mois pour constituer assez d’algues pour produire une véritable marée verte.

40% de moins d’algues à l’échelle de la région

Les différences locales peuvent être énormes d’une baie à l’autre et souvent difficilement explicables même si les conditions météo regroupent les principales causes. Deux aspects sont à prendre en compte : le taux de précipitations de l’automne, qui apporte ou non une grande quantité de nitrates (lesquelles nourrissent les algues) et les coups de vent durant l’hiver, qui ont tendance à repousser les envahisseuses.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP