20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Le détail qui tue ou peut sauver la vie

Le détail qui tue ou peut sauver la vie

Dernière mise à jour le dimanche 25 août 2013

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 24 Août 2013
Visualiser l’article original


e n’est pas le tout de porter un gilet de sauvetage en mer. Voici la suite de notre série d’articles sur le port de la brassière, avec ce qu’il faut et ne pas faire pour se donner un maximum de chances.

Surtout le skipper ! Combien de skippers ou de parents naviguent sans brassière, alors que les passages inexpérimentés et les enfants sont équipés ! En cas de chute à la mer du chef de bord, les passagers ou les enfants auront toutes les peines à le récupérer, d’où l’importance pour le plus expérimenté du bord de porter comme tout le monde sa brassière.

Bottes. Cruel dilemme que les bottes sur un bateau ! Supers pratiques, supers confortables et supers lookées puisqu’elles constituent l’un des symboles du marin expérimenté. En revanche, une fois dans l’eau, les bottes deviennent le pire ennemi du naufragé, les manuels spécialisés incitant à les enlever le plus rapidement possible une fois tombé de l’eau. Si l’on en a l’habitude et le temps !

Vêtements flashy. Pourquoi ne pas opter pour une veste ou un coupe-vent fluorescent ? Le vêtement se remarquera plus facilement dans l’eau et évitera peut-être de perdre de vue le naufragé pendant la manœuvre de récupération de l’équipage. Même avantage pour les secouristes (hélico, vedette) qui localiseront plus facilement des bras colorés qui s’agitent.

Flash de nuit. Pour ceux qui naviguent de nuit, la petite lampe flash étanche que l’on peut brandir à bout de bras dans la houle ne coûte quasiment rien et peut s’avérer plus qu’utile.

Echelle à poste. L’échelle de bain, qui permet de descendre et de remonter du bateau doit être installée ou à portée de main, ne serait-ce pour descendre dans l’eau pour saisir ou aider à monter une personne tombée à la mer.

Sous-cutale. Peu élégante, peu pratique à porter et à supporter en navigation puisqu’elle passe entre les jambes pour être attaché à la taille. Elle permet néanmoins d’assurer le lien entre le corps et le gilet et peut s’avérer vitale lors de la récupération. Mais quand les fabricants adopteront-ils un système plus pratique calqué sur celui du harnais de planche à voile ou de kite (sangles sur le haut des cuisses) ?

Briefing vital. Quelles manœuvres effectuer dans l’urgence ? Quelles bouées ou engins flottants jeter sans attendre ? Comment affaler une voile, démarrer un moteur, comment passer un message de détresse (le 16 sur la VHF) ? Un chef de bord qui navigue avec des novices ou des personnes inexpérimentées doit prendre le temps d’expliquer un minimum de consignes de sécurité avant de partir.

Coup de bôme. Un des grands classiques de la noyade le coup de bôme ou le coup de fouet d’écoute (le bout relié à l’extrémité d’une voile). Là encore le port du gilet de sauvetage peut sauver la vie d’une personne qui tombe inconsciente dans l’eau, le gilet maintenant sa tête hors de l’eau.

Ne jamais quitter des yeux. Consigne élémentaire en cas de personne tombée à la mer. Ne jamais la perdre des yeux pendant la manœuvre de récupération. Si l’on est plusieurs à bord, une voire deux personnes doivent être spécialement dédiées à la tâche : les yeux rivés sur le naufragé

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP