23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Le détail qui tue ou peut sauver la vie

Le détail qui tue ou peut sauver la vie

Dernière mise à jour le dimanche 25 août 2013

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 24 Août 2013
Visualiser l’article original


e n’est pas le tout de porter un gilet de sauvetage en mer. Voici la suite de notre série d’articles sur le port de la brassière, avec ce qu’il faut et ne pas faire pour se donner un maximum de chances.

Surtout le skipper ! Combien de skippers ou de parents naviguent sans brassière, alors que les passages inexpérimentés et les enfants sont équipés ! En cas de chute à la mer du chef de bord, les passagers ou les enfants auront toutes les peines à le récupérer, d’où l’importance pour le plus expérimenté du bord de porter comme tout le monde sa brassière.

Bottes. Cruel dilemme que les bottes sur un bateau ! Supers pratiques, supers confortables et supers lookées puisqu’elles constituent l’un des symboles du marin expérimenté. En revanche, une fois dans l’eau, les bottes deviennent le pire ennemi du naufragé, les manuels spécialisés incitant à les enlever le plus rapidement possible une fois tombé de l’eau. Si l’on en a l’habitude et le temps !

Vêtements flashy. Pourquoi ne pas opter pour une veste ou un coupe-vent fluorescent ? Le vêtement se remarquera plus facilement dans l’eau et évitera peut-être de perdre de vue le naufragé pendant la manœuvre de récupération de l’équipage. Même avantage pour les secouristes (hélico, vedette) qui localiseront plus facilement des bras colorés qui s’agitent.

Flash de nuit. Pour ceux qui naviguent de nuit, la petite lampe flash étanche que l’on peut brandir à bout de bras dans la houle ne coûte quasiment rien et peut s’avérer plus qu’utile.

Echelle à poste. L’échelle de bain, qui permet de descendre et de remonter du bateau doit être installée ou à portée de main, ne serait-ce pour descendre dans l’eau pour saisir ou aider à monter une personne tombée à la mer.

Sous-cutale. Peu élégante, peu pratique à porter et à supporter en navigation puisqu’elle passe entre les jambes pour être attaché à la taille. Elle permet néanmoins d’assurer le lien entre le corps et le gilet et peut s’avérer vitale lors de la récupération. Mais quand les fabricants adopteront-ils un système plus pratique calqué sur celui du harnais de planche à voile ou de kite (sangles sur le haut des cuisses) ?

Briefing vital. Quelles manœuvres effectuer dans l’urgence ? Quelles bouées ou engins flottants jeter sans attendre ? Comment affaler une voile, démarrer un moteur, comment passer un message de détresse (le 16 sur la VHF) ? Un chef de bord qui navigue avec des novices ou des personnes inexpérimentées doit prendre le temps d’expliquer un minimum de consignes de sécurité avant de partir.

Coup de bôme. Un des grands classiques de la noyade le coup de bôme ou le coup de fouet d’écoute (le bout relié à l’extrémité d’une voile). Là encore le port du gilet de sauvetage peut sauver la vie d’une personne qui tombe inconsciente dans l’eau, le gilet maintenant sa tête hors de l’eau.

Ne jamais quitter des yeux. Consigne élémentaire en cas de personne tombée à la mer. Ne jamais la perdre des yeux pendant la manœuvre de récupération. Si l’on est plusieurs à bord, une voire deux personnes doivent être spécialement dédiées à la tâche : les yeux rivés sur le naufragé

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP