19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Le mercure est encore très présent dans notre environnement

Le mercure est encore très présent dans notre environnement

Dernière mise à jour le mardi 10 avril 2018

Article paru sur le site "Radio-Canada :"
- 07 Avril 2018
Visualiser l’article original


Le Canada a réduit ses émissions de mercure de plus de 90 % au cours des 40 dernières années. Certaines régions du pays sont pourtant encore touchées par des taux élevés de mercure dans leur écosystème. Des scientifiques tentent de comprendre pourquoi.

Un texte de Benoît Livernoche, de La semaine verte

Le parc national de Kejimkujik est un joyau naturel du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Ce parc d’une nature quasi intacte attire de nombreux canoteurs. Même s’il est situé très loin des grands centres industriels, la présence de mercure y est anormalement élevée.
En septembre 2017, une équipe de chercheurs tente de capturer de la perchaude, un poisson qui sert de nourriture à l‘emblématique huard que l’on trouve dans le parc Kejimkujik. Le but de cette pêche est d’analyser les taux de mercure dans ces poissons.

C’est la troisième fois qu’une équipe vient y faire cette pêche. Une étude, dans le milieu des années 90, avait sonné l’alarme sur la présence élevée de mercure dans l’écosystème du parc.

« Au milieu des années 2000, nous sommes revenus afin de voir s’il y avait une tendance, affirme Karen Kidd, biologiste à l’Université du Nouveau-Brunswick, à Saint-Jean. Nous avons alors constaté que les niveaux de mercure avaient augmenté. »

Cette étude a suscité beaucoup d’inquiétudes sur l’impact du mercure sur les organismes vivants.
Le mercure est un métal que l’on trouve à l’état naturel dans la croûte terrestre. Une éruption volcanique, par exemple, émet du mercure dans l’atmosphère. C’est naturel.

Mais, depuis deux siècles, les activités industrielles telles que la production de combustibles fossiles, l’activité minière et les centrales au charbon ont grandement amplifié les émissions de mercure.
…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP