21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Le minéral le plus abondant de la Terre s’appelle la bridgmanite

Le minéral le plus abondant de la Terre s’appelle la bridgmanite

Dernière mise à jour le mercredi 23 juillet 2014

Article paru
sur le site "Futura_Terre" - 16 avril 2014
Visualiser l’article original



La pérovskite est un minéral décrit en 1839 par le minéralogiste allemand Gustav Rose à partir d’échantillons provenant de l’Oural. Il l’a dédiée au minéralogiste russe Lev Alexeïevitch Perovski (1792–1856). À l’origine, le terme désignait du titanate de calcium de formule CaTiO3. Mais ce nom est aussi maintenant associé à une structure cristalline commune à de nombreux oxydes de formule générale ABO3. Les expériences en laboratoire portant sur les propriétés des roches à hautes pressions ont fourni aux sismologues de quoi interpréter les caractéristiques des signaux sismiques enregistrés à l’occasion des grands tremblements de terre. Les vitesses et les types d’ondes sismiques pouvant traverser un milieu dépendent en effet de son état, liquide ou solide, et de sa composition minéralogique. Il a donc été possible d’en tirer un modèle décrivant la nature des matériaux à l’intérieur de notre planète.
La météorite Tenham nous renseigne sur le manteau de la Terre

La nature a mis à notre disposition certains échantillons des roches du manteau supérieur sous forme d’inclusions dans des laves, ce qui a permis de vérifier presque directement qu’il existe bien des péridotites dans cette partie du manteau. La sismologie et les expériences sur des matériaux à haute pression indiquent qu’il existe une zone de transition entre le manteau supérieur et le manteau inférieur à l’intérieur de la Terre.

On pensait que l’olivine de la péridotite contenue dans les roches du manteau supérieur y subissait un changement de phase en devenant de la ringwoodite, ainsi nommée en l’honneur d’Alfred Edward Ringwood (1930-1993), un des grands noms des géosciences. Tout récemment, un échantillon de ce minéral depuis longtemps supposé commun dans le manteau à des profondeurs comprises entre 400 et 600 kilomètres environ a été retrouvé dans un diamant craché à la surface de la Terre par des laves qui en se refroidissant donnent des roches appelées kimberlites.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP