10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon
Accueil > Actualités de la mer > Le navire "Pourquoi Pas ?" de l’Ifremer en escale à Lisbonne

Le navire "Pourquoi Pas ?" de l’Ifremer en escale à Lisbonne

Dernière mise à jour le jeudi 21 novembre 2013

Article paru
sur le site "Le bulletin electronique" - 01 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Son nom a été choisi en hommage au bateau du Commandant Charcot, explorateur des zones polaires françaises. Avec ses 107 mètres de long, Pourquoi pas ? parcourt tous les océans du globe depuis 2005, date de sa mise en fonction. Le navire est financé à 55% par l’Ifremer et 45% par la Marine avec une utilisation répartie de 150 jours/an pour la Marine et de 180 jours/an pour l’Ifremer. Accueillant jusqu’à 40 scientifiques et techniciens et jusqu’à 30 personnels navigant, il peut être comparé à une petite ville, autonome. Le bateau est en effet équipé d’un osmoseur pour desaliniser l’eau de mer pour la consommation de l’équipage et des groupes électrogènes produisent l’électricité pour toutes les parties navires (les zones de vie mais aussi les zones de recherches).

Ses missions sont très diverses : l’exploration de la colonne d’eau et des courants, la cartographie sous-marine grâce à ses sondeurs et la caractérisation du sous-sol (sismique, gravimétrie, magnétisme), l’étude multi-échelle des processus physiques, biologiques ou géologiques, la reconnaissance de sites par des moyens acoustiques, les prélèvements et analyses d’échantillons d’eau, de matières vivantes, de sédiments ou de roches (carottage, drague), etc.
Pour cela, il a été conçu pour accueillir et mettre en oeuvre le submersible habité Nautile qui a une autonomie de huit heures et qui peut accueillir trois personnes (pilote, co-pilote et un scientifique). Le navire peut également mettre en oeuvre le ROV Victor 6000. "C’est un navire polyvalent, les scientifiques amènent leurs outils de travail en conteneur, et à la fin de la campagne océanographique, repartent avec leur matériel et leurs échantillons. Ainsi, il y a beaucoup de flexibilité quant à la nature des campagnes : biologie, physique, géologie ..." a expliqué le commandant Thierry Alix. Le navire accueille des français mais également régulièrement des chercheurs portugais, lorsque les campagnes d’exploration se déroulent dans les eaux portugaises en particulier autour des Açores

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP