24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Le niveau des océans ne cesse d’augmenter

Le niveau des océans ne cesse d’augmenter

Dernière mise à jour le jeudi 24 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro-environnement" - 22 avril 2014
Visualiser l’article original



En une vingtaine d’années, le niveau de la mer s’est élevé de 3,2 mm/an. Une moyenne qui cache pourtant une curieuse disparité. Entre 1990 et 2000, les valeurs étaient de 3,5 mm/an. À partir du début des années 2000, elles sont tombées à 2,5 mm/an. Un ralentissement que certains ont rapidement mis en relation avec la pause enregistrée dans la hausse de la température terrestre, concluant à un ralentissement du réchauffement climatique global. La publication récente dans Nature Climate Change d’une étude consacrée à la hausse du niveau des océans montre qu’il en va différemment.

De fait explique Anny Cazenave, chercheuse au Legos (Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales), membre de l’Académie des sciences et principale auteur de l’étude, les différences entre les deux périodes correspondent avant tout à l’impact d’événements climatiques que sont El Niño et La Niña. « Dans le cas d’El Niño, on constate que les pluies se concentrent sur l’océan Pacifique tropical, mais se font plus rares sur les continents de ces mêmes régions. Cela provoque du coup une hausse temporaire du niveau des océans. A contrario, La Niña entraîne plus de précipitations sur terre qu’en mer », explique-t-elle. Or la décennie 90 a connu plusieurs épisodes El Niño, « dont un particulièrement important au cours de l’année 1997-1998 », précise la publication. Le début du XXIe siècle en revanche a été marqué par un nombre important d’occurrences de La Niña. Une fois donc corrigée de ces variations climatiques « on retrouve bien une moyenne de 3 mm/an » précise encore la scientifique.
L’impact de la fonte des glaces polaires

L’OMM (Organisation météorologique mondiale) vient d’annoncer qu’il y avait cette année un grand nombre de signes avant-coureurs d’un nouveau phénomène El Niño. Il pourrait se manifester d’ici à l’été dans le Pacifique. Si tel est le cas, les observations des chercheurs devraient pouvoir se vérifier rapidement avec, en toute logique, une hausse du niveau de la mer proche de celle constatée dans les années 1990.

En certains endroits du globe, les scientifiques constatent également que le sol s’affaisse. « Les villes de Jakarta, Bangkok ou Tokyo, se sont ainsi enfoncées de trois mètres au fil du temps », précise encore Anny Cazenave. Mais ce phénomène a également été observé en d’autres endroits de la planète et notamment sur nombre d’atolls du Pacifique. Les mouvements des plaques terrestres peuvent en être une des causes mais c’est aussi le résultat du pompage dans les nappes phréatiques sur lesquelles les villes sont le plus souvent construites, ou encore de l’exploitation des ressources pétrolières

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP