20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Le paquebot fantôme qui dérive dans l’Atlantique est-il déjà au fond de l’océan (...)

Le paquebot fantôme qui dérive dans l’Atlantique est-il déjà au fond de l’océan ?

Dernière mise à jour le vendredi 22 février 2013

Article paru
sur le site "Sudouest" - 21 Février 2013
Visualiser l’article original


Où est le navire dérivant depuis un mois dans les eaux internationales ? Un ingénieur-chercheur de l’Ifremer émet l’hypothèse qu’il soit déjà au fond de l’océan ?
Le Lyubov Orlova, ancien navire de croisière russe à la dérive depuis près d’un mois dans l’Atlantique Nord, sans personne à bord, est toujours introuvable.

Il faut dire que, dérivant dans les eaux internationales, personne ne le cherche vraiment.

Le Canada n’a aucune idée de l’endroit où il se trouve

Le paquebot a quitté l’île canadienne de Terre-Neuve le 23 janvier pour rallier sous remorque la République dominicaine où il devait être déconstruit. Mais, dès le lendemain, le câble le reliant au remorqueur s’est rompu, le livrant à la mer.

Depuis, le Canada ne semble plus vraiment s’inquiéter de son sort. Lundi, il a avoué n’avoir aucune idée de l’endroit où pouvait bien se trouver le bateau, dont les feux et la balise de géolocalisation sont hors d’usage.
Mais où est le paquebot ? Vers quelles côtes se dirige-t-il ? Difficile en effet de prévoir comment va dériver un navire long d’une centaine de mètres.

Pourquoi aucune balise n’a été placée dans l’épave ?

Ingénieur-chercheur à l’Ifremer (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer), basé à Brest, Michel Olagnon travaille depuis une dizaine d’années sur la modélisation de coefficients de dérive. Des travaux surtout menés pour optimiser des opération de sauvetage, en direction d’objets flottants moins conséquents (canot, conteneurs..).

Selon lui, il est difficile de prévoir où va se diriger l’épave fantôme. "Pour ces grands bateaux, le vent et les vagues influencent encore davantage leur dérive. La forme du navire est aussi primordiale" explique-t-il, alors qu’environ 70 coefficients de dérive différents ont été modélisés pour des embarcations moins importantes.

Pourquoi ne peut-on pas étudier la dérive de tels bateaux ? Tout simplement parce que le cas rencontré ici est rarissime. Un paquebot sans personne à bord, ni balise de géolocalisation, ce cas de figure aurait été facile à éviter.

"C’était tellement facile de mettre une balise à bord, au cas où le câble du remorqueur casserait " poursuit Michel Olagnon, tout en émettant une autre hypothèse. "Le navire n’est même peut-être plus à la dérive, ils ont peut-être préféré faire un trou au fond, car l’opération était trop compliquée, et il s’est rempli en 24 ou 48h".

Peu de chances qu’il arrive dans les eaux françaises

S’il est encore à flot, le Lyubov Orlova constitue pourtant une menace pour le trafic maritime, devenant un obstacle incontrôlable, tout comme une menace écologique (voir ci-dessous)
._ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP