20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Le paquebot fantôme qui dérive dans l’Atlantique est-il déjà au fond de l’océan (...)

Le paquebot fantôme qui dérive dans l’Atlantique est-il déjà au fond de l’océan ?

Dernière mise à jour le vendredi 22 février 2013

Article paru
sur le site "Sudouest" - 21 Février 2013
Visualiser l’article original


Où est le navire dérivant depuis un mois dans les eaux internationales ? Un ingénieur-chercheur de l’Ifremer émet l’hypothèse qu’il soit déjà au fond de l’océan ?
Le Lyubov Orlova, ancien navire de croisière russe à la dérive depuis près d’un mois dans l’Atlantique Nord, sans personne à bord, est toujours introuvable.

Il faut dire que, dérivant dans les eaux internationales, personne ne le cherche vraiment.

Le Canada n’a aucune idée de l’endroit où il se trouve

Le paquebot a quitté l’île canadienne de Terre-Neuve le 23 janvier pour rallier sous remorque la République dominicaine où il devait être déconstruit. Mais, dès le lendemain, le câble le reliant au remorqueur s’est rompu, le livrant à la mer.

Depuis, le Canada ne semble plus vraiment s’inquiéter de son sort. Lundi, il a avoué n’avoir aucune idée de l’endroit où pouvait bien se trouver le bateau, dont les feux et la balise de géolocalisation sont hors d’usage.
Mais où est le paquebot ? Vers quelles côtes se dirige-t-il ? Difficile en effet de prévoir comment va dériver un navire long d’une centaine de mètres.

Pourquoi aucune balise n’a été placée dans l’épave ?

Ingénieur-chercheur à l’Ifremer (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer), basé à Brest, Michel Olagnon travaille depuis une dizaine d’années sur la modélisation de coefficients de dérive. Des travaux surtout menés pour optimiser des opération de sauvetage, en direction d’objets flottants moins conséquents (canot, conteneurs..).

Selon lui, il est difficile de prévoir où va se diriger l’épave fantôme. "Pour ces grands bateaux, le vent et les vagues influencent encore davantage leur dérive. La forme du navire est aussi primordiale" explique-t-il, alors qu’environ 70 coefficients de dérive différents ont été modélisés pour des embarcations moins importantes.

Pourquoi ne peut-on pas étudier la dérive de tels bateaux ? Tout simplement parce que le cas rencontré ici est rarissime. Un paquebot sans personne à bord, ni balise de géolocalisation, ce cas de figure aurait été facile à éviter.

"C’était tellement facile de mettre une balise à bord, au cas où le câble du remorqueur casserait " poursuit Michel Olagnon, tout en émettant une autre hypothèse. "Le navire n’est même peut-être plus à la dérive, ils ont peut-être préféré faire un trou au fond, car l’opération était trop compliquée, et il s’est rempli en 24 ou 48h".

Peu de chances qu’il arrive dans les eaux françaises

S’il est encore à flot, le Lyubov Orlova constitue pourtant une menace pour le trafic maritime, devenant un obstacle incontrôlable, tout comme une menace écologique (voir ci-dessous)
._ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP