21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Le plus vieux phare d’Ouessant mis en valeur par le Conservatoire du (...)

Le plus vieux phare d’Ouessant mis en valeur par le Conservatoire du littoral

Dernière mise à jour le jeudi 17 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 13 Juillet 2014
Visualiser l’article original



L’établissement public en charge de la protection des côtes françaises commence à prendre en charge les phares situés au sein des espaces protégés, rajoutant un volet culturel à sa mission environnementale.

Entre terre et ciel, les deux tours enlacées du phare du Stiff, surmontées de l’énorme lanterne qui projette au large ses puissants faisceaux rouges, affichent une blancheur impeccable. Majestueuse à l’extérieur, émouvante à l’intérieur, la construction de Vauban au nord-est de l’île d’Ouessant vient d’être entièrement restaurée. Premier chantier d’une longue liste qui se trouve désormais entre les mains du Conservatoire du littoral.

En 2009, le Grenelle de la mer avait mis l’idée sur la table. L’idée ? Faire en sorte que l’établissement public prenne en charge ces monuments dès lors qu’ils se trouvent au cœur des espaces protégés. L’affaire aboutit en 2012 : l’État signe avec le conservatoire un contrat d’objectif répertoriant quelque 70 phares sur les 150 que comptent les côtes françaises. « C’est une véritable révolution intellectuelle qui a été engagée depuis quelques années », reconnaît un représentant des affaires maritimes. La question de l’entretien des phares est apparue avec leur automatisation accompagnée de la disparition des gardiens dont le dernier a fermé la porte derrière lui en 2012.
Un lourd travail de restauration

Le Conservatoire du littoral ne s’occupe pas seulement de nature, « il valorise aussi du bâti historique », rappelle Odile Gauthier, la directrice du Conservatoire. « Nous avons aujourd’hui plus de 500 bâtiments », ajoute-t-elle dont certains servent à loger des gardiens, à relancer une activité agricole ou sont éventuellement transformés en gîtes. Pour autant, pas question de prendre en charge tous les phares que l’État ne souhaite plus entretenir. La restauration du Stiff a coûté un million d’euros dont 40 % à la seule charge du Conservatoire, le reste ayant été financé par les ministères de la Culture et de l’Environnement. Fermé et inoccupé durant plusieurs années, le manque de ventilation avait conduit au développement d’un champignon (mérule) qui a détruit toutes les constructions en bois : plancher, alcôves, portes, entraînant de gros travaux de réfection. Côté animation, la fondation EDF a largement financé l’élaboration d’un parcours muséographique installé dans le phare et dans l’ancienne maison attenante du gardien.
« Une acquisition progressive »

Au final, le Conservatoire a donc retenu une liste de 50 phares avec l’idée « d’une acquisition progressive de ce patrimoine ». À ce jour, quatre d’entre eux sont tombés dans son escarcelle.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP