13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Le plus vieux phare d’Ouessant mis en valeur par le Conservatoire du (...)

Le plus vieux phare d’Ouessant mis en valeur par le Conservatoire du littoral

Dernière mise à jour le jeudi 17 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 13 Juillet 2014
Visualiser l’article original



L’établissement public en charge de la protection des côtes françaises commence à prendre en charge les phares situés au sein des espaces protégés, rajoutant un volet culturel à sa mission environnementale.

Entre terre et ciel, les deux tours enlacées du phare du Stiff, surmontées de l’énorme lanterne qui projette au large ses puissants faisceaux rouges, affichent une blancheur impeccable. Majestueuse à l’extérieur, émouvante à l’intérieur, la construction de Vauban au nord-est de l’île d’Ouessant vient d’être entièrement restaurée. Premier chantier d’une longue liste qui se trouve désormais entre les mains du Conservatoire du littoral.

En 2009, le Grenelle de la mer avait mis l’idée sur la table. L’idée ? Faire en sorte que l’établissement public prenne en charge ces monuments dès lors qu’ils se trouvent au cœur des espaces protégés. L’affaire aboutit en 2012 : l’État signe avec le conservatoire un contrat d’objectif répertoriant quelque 70 phares sur les 150 que comptent les côtes françaises. « C’est une véritable révolution intellectuelle qui a été engagée depuis quelques années », reconnaît un représentant des affaires maritimes. La question de l’entretien des phares est apparue avec leur automatisation accompagnée de la disparition des gardiens dont le dernier a fermé la porte derrière lui en 2012.
Un lourd travail de restauration

Le Conservatoire du littoral ne s’occupe pas seulement de nature, « il valorise aussi du bâti historique », rappelle Odile Gauthier, la directrice du Conservatoire. « Nous avons aujourd’hui plus de 500 bâtiments », ajoute-t-elle dont certains servent à loger des gardiens, à relancer une activité agricole ou sont éventuellement transformés en gîtes. Pour autant, pas question de prendre en charge tous les phares que l’État ne souhaite plus entretenir. La restauration du Stiff a coûté un million d’euros dont 40 % à la seule charge du Conservatoire, le reste ayant été financé par les ministères de la Culture et de l’Environnement. Fermé et inoccupé durant plusieurs années, le manque de ventilation avait conduit au développement d’un champignon (mérule) qui a détruit toutes les constructions en bois : plancher, alcôves, portes, entraînant de gros travaux de réfection. Côté animation, la fondation EDF a largement financé l’élaboration d’un parcours muséographique installé dans le phare et dans l’ancienne maison attenante du gardien.
« Une acquisition progressive »

Au final, le Conservatoire a donc retenu une liste de 50 phares avec l’idée « d’une acquisition progressive de ce patrimoine ». À ce jour, quatre d’entre eux sont tombés dans son escarcelle.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP