20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Le poisson-scie menacé de disparition

Le poisson-scie menacé de disparition

Dernière mise à jour le mardi 1er juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 16 Juin 2014
Visualiser l’article original



Fragilisé par la destruction de son habitat ou facilement coincé dans les filets de pêche, cet animal au museau démesurément allongé est victime de la valeur de ses ailerons et de ses rostres au marché noir.

Protéger les requins, les baleines, les tortues, les dauphins… C’est une affaire admise. Mais qui a entendu parler des poissons-scie ? Le sort de ces animaux emblématiques ne semble pourtant tenir qu’à un petit fil. Au point que l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) vient de publier un volumineux rapport pour tenter de sauver cet animal d’une disparition assurée si rien n’est entrepris.

L’espèce est menacée, mais, paradoxalement, l’état des stocks est très mal connu. Cet animal ressemble à un requin, mais appartient à la grande famille des raies (650 espèces, et on continue d’en identifier des nouvelles tous les ans). « On compte cinq espèces de poisson-scie dans le monde qui évoluent dans les eaux tropicales », explique la biologiste Armelle Jung, membre du groupe requins à l’UICN.

« Les précieux registres de pêche rédigés par l’océanographe française Anita Conti, au milieu des années 1940, montrent que sur ces côtes africaines on comptait six à sept captures de poissons-scies à chaque sortie en mer. L’an dernier, c’est ce qui a été enregistré dans chaque pays en un an », raconte la biologiste, qui suit les espèces évoluant au large des côtes de la Guinée-Bissau, la Guinée et la Sierra Leone. « Aujourd’hui, les jeunes enfants des pêcheurs locaux n’ont jamais vu un poisson-scie, alors même que son importance dans la culture locale lui vaut d’apparaître sur certains billets en franc CFA », ajoute-t-elle.
Pour détecter et blesser ses proies

Le poisson-scie, qui peut atteindre 7 mètres et dont la caractéristique est un museau allongé pourvu de dents appelé rostre, est surtout victime de la pêche. Son appendice dentelé, dont il se sert pour détecter et blesser ses proies, fait qu’il est à son tour facilement pris au piège des filets de pêche. La destruction de son habitat essentiel que sont les mangroves est une autre cause de fragilisation de l’espèce.

Mais, surtout, « à l’instar des requins, ses ailerons, tout comme les rostres, sont très recherchés », rappelle Armelle Jung, ce qui conduit à un véritable marché de contrebande. Et comment convaincre des pêcheurs de remettre à l’eau ces poissons, qui peuvent représenter jusqu’à trois mois de salaires au marché noir ?

La stratégie globale de lutte contre l’extinction des poissons-scies, dont les cinq espèces sont inscrites sur les listes rouges des espèces en danger, vise surtout à convaincre les pêcheurs de l’urgence à protéger cet animal emblématique. « Nous essayons d’impliquer les communautés de pêcheurs », souligne la scientifique, qui compte bien exploiter l’exemple récent de deux poissons-scies relâchés dans les eaux par des pêcheurs de Sierra Leone.

« Avec cette stratégie globale, nous avons pour ambition de raviver la vénération pour les poissons-scies »,

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP