15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Le président Obama veut sauver les abeilles

Le président Obama veut sauver les abeilles

Dernière mise à jour le mercredi 25 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 23 Juin 2014
Visualiser l’article original



Le nombre de ruches outre-Atlantique est passé de 6 millions en 1947 à 2,5 millions actuellement.

Le déclin des abeilles est devenu priorité nationale aux États-Unis. Le président Barack Obama a annoncé le 20 juin, par décret, la création d’une « task force » gouvernementale consacrée au mal affectant les populations d’insectes pollinisateurs (abeilles, papillons, diptères, coléoptères).

Devant la régression généralisée de ces derniers sur toute la planète, et en particulier dans les zones industrialisées et d’agriculture intensive d’Amérique du Nord, l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) et le ministère de l’Agriculture (USDA) ont reçu de la Maison-Blanche la tâche pressante, impérieuse, de déterminer les causes de ce déclin et le moyen de l’enrayer.

Un plan d’action devra être présenté au chef de l’État d’ici six mois. Outre 8 millions de dollars d’ores et déjà dégagés par l’USDA, 50 autres millions devraient être affectés à cette mission dans le budget fédéral 2014-2015. Ils seront répartis entre les diverses agences fédérales spécialisées, soit dans la préservation des insectes pollinisateurs sur des zones tests réparties entre cinq États, soit dans l’enquête proprement dite sur leur raréfaction croissante.

Les chiffres publiés par la présidence se passent de commentaires : le nombre de ruches outre-Atlantique est passé de 6 millions en 1947 à 2,5 millions actuellement. Or, la pollinisation des fleurs (reproduction par transfert aérien de pollen d’une plante à l’autre) par ces insectes est vitale pour les arbres fruitiers, et donc l’industrie agroalimentaire dans son ensemble. Elle est donc « fondamentale pour la sécurité alimentaire des États-Unis », précise un communiqué présidentiel, qui rappelle que 90 types de cultures en dépendent directement, générant 24 milliards de dollars pour l’économie nationale, dont 15 milliards (et 71 types de cultures) imputables aux seules abeilles.

90 types de cultures en dépendent directement, générant 24 milliards de dollars pour l’économie nationale, dont 15 milliards (et 71 types de cultures) imputables aux seules abeilles.

Celles-ci soutiennent notamment la culture de l’amande en Californie, où 1,4 million de ruches seraient en passe de disparaître complètement. À terme, fruits, légumes et arachides pourraient se faire rares dans les assiettes des foyers nord-américains. Et, dans tous les cas, devenir horriblement coûteuses.

La mortalité des abeilles, attribuée à l’usage immodéré de pesticides, a atteint des taux effrayants ces dernières années : « Depuis 2007, 30 % des colonies existantes disparaissent chaque hiver, soit deux fois le rythme tolérable par les apiculteurs, s’alarme Marla Spivak, entomologiste à l’université du Minnesota, qui appelle à une prise de conscience immédiate des citoyens. Pour le seul hiver 2012-2013, 29 % des colonies ont disparu au Canada, et 20 % en Europe. »

L’un des coupables est identifié : une classe d’insecticides nommés néonicotinoïdes, ou neonics (lire ci-dessous), et couramment employés dans l’épandage agricole. Deux des composants chimiques de ce produit efficace et bon marché, l’imidaclopride et la clothianidine, paralysent le système nerveux des abeilles, provoquant la mort de colonies entières via un processus baptisé Colony Collapse Disorder (CCD). D’autres causes demeurent mal identifiées : virus, agents parasites, changements génétiques et climatiques.
La biodiversité partout menacée

Ils sont cinquante. Cinquante scientifiques indépendants, qui, depuis quatre ans, épluchent la littérature scientifique (plus de 800 études) consacrée aux pesticides systémiques (ceux qui pénètrent à l’intérieur de la plante) à base de néonicotinoïdes et de fipronil. Et leur conclusion, qui va faire l’objet de plusieurs articles dans la revue Environmental Science and Pollution Research, est sans appel.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP