16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux
Accueil > Actualités de la mer > Le robot met les voiles

Le robot met les voiles

Dernière mise à jour le lundi 6 février 2012

Article paru sur le site "Industrie et Technologies" - Jeudi 02 Février 2012
Visualiser l’article original



Le robot met les voiles

Un voilier robotisé bat de record de distance parcouru en autonomie en haute mer en ralliant Brest à Douarnenez. Au-delà des performances nautiques, il a assuré durant ce trajet une campagne de plus de 500 mesures sur la qualité des eaux superficielles de l’océan.

Le robot voilier intelligent VAIMOS (Voilier Autonome Instrumenté de Mesures Océanographiques de Surface), vient de battre un record de distance en parcourant en toute autonomie 56,7 milles marins (105 km) entre Brest et Douarnenez. VAIMOS a ainsi démontré sa capacité à mener des missions longues de mesures et d’observation en milieu marin en complète autonomie.

Ce robot voilier a été conçu en partenariat par l’école d’ingénieurs ENSTA Bretagne, l’Ifremer et le Laboratoire de Physique des Océans (LPO), une Unité Mixte de Recherche placée sous la tutelle du CNRS, de l’Ifremer, de l’IRD et de l’Université de Bretagne Occidentale.

Cette mission avait pour objectif de tester la qualité des données recueillies et la navigation de VAIMOS en parcourant 100 milles marins (185 km) c’est-à-dire l’aller-retour Brest-Douarnenez avec le quadrillage d’une zone en baie de Douarnenez.

À bord d’un bateau suiveur, six scientifiques de l’Ifremer et de l’ENSTA Bretagne ont observé la navigation de VAIMOS. Le réglage de la voile étant devenu moins performant et un problème moteur sur le bateau suiveur se faisant sentir, l’équipe a préféré ne prendre aucun risque et a stoppé la mission à mi-parcours, record battu toutefois.

« Nous sommes très satisfaits du comportement de VAIMOS. Ce trajet de 105 km, le plus long jamais réalisé, a permis de démontrer ses performances en terme d’autonomie et de qualité de navigation », constate Olivier Ménage, pilote du projet, ingénieur de l’Ifremer, en formation continue à l’ENSTA Bretagne.

Le précédent record de distance était détenu par Breizh Spirit, un autre robot voilier de l’ENSTA Bretagne, parrainé par DCNS, qui avait parcouru fin septembre 2011, 53 milles (98 km) en autonomie en haute mer.

500 mesures réalisées

Au delà de sa capacité à naviguer en parfaite autonomie grâce à son intelligence embarquée, les performances technologiques de VAIMOS résident dans ses capteurs. La finalité de VAIMOS est en effet de surveiller la qualité des eaux par un échantillonnage fin et continu de la couche superficielle de l’océan. Lors de ce premier long trajet entre Brest et Douarnenez, VAIMOS a réalisé plus de 500 mesures (température, salinité, oxygène et turbidité).

L’intérêt de VAIMOS est de pouvoir réaliser à faible coût des missions longues de mesures et d’observation en milieu marin sur le premier mètre de profondeur. Elles permettront de mieux comprendre les processus de surface et aideront à relier mesures satellitaires et mesures in-situ fournies par les réseaux globaux, effectuées le plus souvent au delà du premier mètre. Un tel système pourrait donc à terme, venir en complément des systèmes de mesure actuellement utilisés.

Commence maintenant un travail de traitement et de validation de ces données. Afin de poursuivre les améliorations sur VAIMOS, d’autres sorties en mer à la journée seront prochainement programmées en rade de Brest.

Au printemps, VAIMOS pourrait retenter une navigation plus longue. Bon vent !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.ifremer.fr/lpo & http://www.ensta-bretagne.fr



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP