13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Le séquençage du génome de la truite revisite l’évolution des génomes de (...)

Le séquençage du génome de la truite revisite l’évolution des génomes de vertébrés

Dernière mise à jour le samedi 26 avril 2014

Article paru
sur le site "CNRS" - 22 avril 2014
Visualiser l’article original



Le séquençage du génome de la truite
revisite l’évolution des génomes de vertébrés
Un consortium français, coordonné par l’Inra et impliquant le
CEA (Genoscope), le CNRS et les Ecoles Normales Supérieures de Paris et de Lyon a séquencé et analysé le génome de la truite arc-en-ciel (
Oncorhynchus mykiss. Il s’agit du premier séquençage d’un génome
de salmonidés (famille des saumons et des truites).Ce résultat
, publié le 22avril dans Nature Communications, propose un nouveau scénario d’évolution des génomes de vertébrés et ouvre des perspectives pour la sélection en aquaculture.La truite arc-en-ciel est
une espèce aquacole importante élevée sur tous les continents . Elle
appartient à la famille des salmonidés dont beaucoup d’espèces présentent un intérêt agronomique et écologique majeur dans le monde entier. La truite , organisme modèle pour la recherche, est l’espèce de poisson la plus étudiée au monde. La séquence obtenue par le consortium français est la première séquence de génome complète publiée pour un représentant de la famille des salmonidés.
Une ressource précieuse pour l’évolution des génomes La
connaissance du génome de la truite arc-en-ciel apporte un éclairage nouveau sur l’évolution des génomes de vertébrés. Les duplications complètes de ces derniers sont des événements qui ont profondément façonné le contenu et la structure des génomes, y compris celui de l’homme.
Mais les mécanismes d’évolution d’un génome suite à un tel
événement restent mal connus chez les animaux , en particulier les
étapes qui se déroulent au cours des quelques dizaines
de millions d’années qui suivent la duplication. La truite arc-en-ciel est de ce point de vue une espèce particulièrement intéressante :son génome a connu une duplication complète relativement récente
(100 millions d’années) qui s’est produite chez l’ancêtre commun de toutes les espèces de salmonidés actuels.La conclusion surprenante
de cette étude est que l’évolution d’un génome de vertébrés après
duplication complète est un processus lent et progressif. Ce résultat est notamment soutenu par le fait qu’en dépit des 100 millions d’années écoulées depuis cet événement, les deux copies issues
de cette duplication restent étonnamment conservées. Non seulement la structure générale des deux copies est restée très semblable, mais le contenu en gènes est lui-même très conservé, avec notamment de nombreux cas montrant que les deux copies du gène ancestral sont encore présentes et fonctionnelles . Ce résultat remet en cause
l’hypothèse communément admise selon laquelle l’évolution
d’un génome suite à une duplication complète implique une évolution rapide de sa structure et de son contenu en gènes .Des perspectives en aquaculture Le séquençage de ce génome offre également des perspectives importantes pour le développement
d’une aquaculture plus performante et plus durable, en accélérant l’analyse des caractères importants en élevage, l’identification des gènes responsables et la mise en place de programmes
de sélection plus efficaces.

Projet soutenu par un financement de l’Agence nationale pour la recherche (ANR Genotrout, ANR -09-GENM-001 « Génomique et Biotechnologies Végétales »
)

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP