18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche
Accueil > Actualités de la mer > Le sous-sol des grands fonds marins regorge de vie microscopique

Le sous-sol des grands fonds marins regorge de vie microscopique

Dernière mise à jour le dimanche 16 juin 2013

Article paru
sur le site "La Croix" - 12 Juin 2013
Visualiser l’article original


Bactéries en tous genres, organismes unicellulaires appelés archaea et même champignons, les sédiments situés sous le plancher des océans regorgent d’une vie microscopique qui se nourrit, se reproduit et même se déplace, révèle une étude publiée mercredi.

"Les cellules sont très abondantes là-dessous, mais elles n’ont pas un niveau d’activité très élevé", précise dans un communiqué Virginia Edgcomb, de la Woods Hole Oceanographic Institution.

"Mais c’est une biosphère énorme, et si vous faites le calcul, vous vous rendez compte qu’il s’agit d’une contribution importante (...) aux cycles du carbone et de l’azote", souligne-t-elle.

Pour leur étude, les chercheurs ont analysé des échantillons de sédiments prélevés au large des côtes du Pérou entre 5 mètres et 159 mètres sous le niveau du fond de l’océan.

Ils ont notamment cherché des traces d’ARN messager, une portion d’ADN utilisée par les cellules dans la synthèse des protéines. Autrement dit, la présence d’ARN messager témoigne non seulement de l’existence d’une forme de vie, mais son analyse renseigne également sur le type de mécanismes biologiques qu’un organisme met en oeuvre.

Les biologistes ont ainsi apporté pour la première fois la preuve que les micro-organismes vivant sous le plancher océanique sont capables de se reproduire par division cellulaire, y compris des champignons.

Ces cellules de la "biosphère profonde" sont en outre capables de consommer des acides aminés, constituants élémentaires des protéines qui ne peuvent provenir que d’organismes vivants ou morts récemment.

Grosse surprise de cette étude, nombre des cellules sont douées de mouvement, comme en témoignent les protéines qu’elles utilisent pour se fabriquer des flagelles - à l’instar des spermatozoïdes - ou l’ARN messager associé à la faculté de se contracter comme les méduses.

Toute cette activité microbienne est particulièrement importante car elle "influence directement le fait de savoir si des éléments comme le carbone sont séquestrés durant des millions d’années dans les sédiments sous-marins ou s’ils sont renvoyés dans l’océan, affectant ainsi les chaînes alimentaires et le climat", écrivent les chercheurs.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP