22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil
Accueil > Actualités de la mer > Le sous-sol des grands fonds marins regorge de vie microscopique

Le sous-sol des grands fonds marins regorge de vie microscopique

Dernière mise à jour le dimanche 16 juin 2013

Article paru
sur le site "La Croix" - 12 Juin 2013
Visualiser l’article original


Bactéries en tous genres, organismes unicellulaires appelés archaea et même champignons, les sédiments situés sous le plancher des océans regorgent d’une vie microscopique qui se nourrit, se reproduit et même se déplace, révèle une étude publiée mercredi.

"Les cellules sont très abondantes là-dessous, mais elles n’ont pas un niveau d’activité très élevé", précise dans un communiqué Virginia Edgcomb, de la Woods Hole Oceanographic Institution.

"Mais c’est une biosphère énorme, et si vous faites le calcul, vous vous rendez compte qu’il s’agit d’une contribution importante (...) aux cycles du carbone et de l’azote", souligne-t-elle.

Pour leur étude, les chercheurs ont analysé des échantillons de sédiments prélevés au large des côtes du Pérou entre 5 mètres et 159 mètres sous le niveau du fond de l’océan.

Ils ont notamment cherché des traces d’ARN messager, une portion d’ADN utilisée par les cellules dans la synthèse des protéines. Autrement dit, la présence d’ARN messager témoigne non seulement de l’existence d’une forme de vie, mais son analyse renseigne également sur le type de mécanismes biologiques qu’un organisme met en oeuvre.

Les biologistes ont ainsi apporté pour la première fois la preuve que les micro-organismes vivant sous le plancher océanique sont capables de se reproduire par division cellulaire, y compris des champignons.

Ces cellules de la "biosphère profonde" sont en outre capables de consommer des acides aminés, constituants élémentaires des protéines qui ne peuvent provenir que d’organismes vivants ou morts récemment.

Grosse surprise de cette étude, nombre des cellules sont douées de mouvement, comme en témoignent les protéines qu’elles utilisent pour se fabriquer des flagelles - à l’instar des spermatozoïdes - ou l’ARN messager associé à la faculté de se contracter comme les méduses.

Toute cette activité microbienne est particulièrement importante car elle "influence directement le fait de savoir si des éléments comme le carbone sont séquestrés durant des millions d’années dans les sédiments sous-marins ou s’ils sont renvoyés dans l’océan, affectant ainsi les chaînes alimentaires et le climat", écrivent les chercheurs.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP