15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > Le suivi en mer des opérations de pêche thonière est indispensable pour (...)

Le suivi en mer des opérations de pêche thonière est indispensable pour préserver la bonne santé du secteur

Dernière mise à jour le jeudi 7 mars 2013

Article paru
sur le site "La Dépêche" - 06 Mars 2013
Visualiser l’article original


La nouvelle de la disparition probable de certains programmes de formation aux métiers de la pêche a jeté la consternation parmi les représentants du secteur en Océanie.

Hier, à l’occasion de la Conférence des Directeurs des pêches, organisée par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), les représentants des pays océaniens ont plaidé avec force pour la poursuite du programme de formation des observateurs. Des observateurs sont envoyés à bord des navires de pêche pour prélever des échantillons sur les thons capturés et enregistrer la taille des poissons pêchés, leur catégorie et la position du lieu de capture. Cet effort s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme scientifique de suivi de la santé de la filière thon dans le Pacifique.

Selon Mike Batty, directeur de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS, l’industrie thonière rapporte chaque année 5 milliards de dollars des États-Unis. “C’est un immense secteur d’activité et un grand pourvoyeur d’emplois et de revenus en Océanie, a-t-il déclaré. Le suivi en mer des opérations de pêche thonière est indispensable pour préserver la bonne santé du secteur. L’industrie thonière finance elle-même une grande partie des coûts directs des missions des observateurs embarqués, mais il faudra du temps pour qu’elle accepte de prendre en charge les frais de formation.”

Avant d’embarquer à bord des navires de pêche, les observateurs doivent suivre un programme de formation rigoureux. Les formations sont dispensées par la CPS et financées grâce à des aides de la Nouvelle-Zélande et de l’Union européenne.

Or, on annonce la fin progressive de ces aides, avec une première coupe au terme de l’année 2013 et une seconde en 2014. Ce déficit de financement remet en question la capacité de formation de la CPS, et inquiète fortement les participants à la Conférence des directeurs des pêches.

Sione Matoto, directeur du ministère tongien de l’Agriculture, de l’alimentation, de la foresterie et de la pêche, a souligné l’importance de l’échantillonnage des captures pour l’industrie thonière. “J’appelle de mes vœux la poursuite du soutien néo-zélandais et européen à ce programme de formation, a-t-il déclaré. En plus d’être une source d’emplois aux Tonga, il permet de surveiller les problèmes de conformité réglementaire au sein de la filière thon.”

D’après Peter Sharples, Coordonnateur du soutien et du perfectionnement des observateurs à la CPS, il est indispensable de proposer des formations régulières aux observateurs, adaptées aux besoins de la région en matière de gestion des données.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP