21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Le suivi en mer des opérations de pêche thonière est indispensable pour (...)

Le suivi en mer des opérations de pêche thonière est indispensable pour préserver la bonne santé du secteur

Dernière mise à jour le jeudi 7 mars 2013

Article paru
sur le site "La Dépêche" - 06 Mars 2013
Visualiser l’article original


La nouvelle de la disparition probable de certains programmes de formation aux métiers de la pêche a jeté la consternation parmi les représentants du secteur en Océanie.

Hier, à l’occasion de la Conférence des Directeurs des pêches, organisée par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), les représentants des pays océaniens ont plaidé avec force pour la poursuite du programme de formation des observateurs. Des observateurs sont envoyés à bord des navires de pêche pour prélever des échantillons sur les thons capturés et enregistrer la taille des poissons pêchés, leur catégorie et la position du lieu de capture. Cet effort s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme scientifique de suivi de la santé de la filière thon dans le Pacifique.

Selon Mike Batty, directeur de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS, l’industrie thonière rapporte chaque année 5 milliards de dollars des États-Unis. “C’est un immense secteur d’activité et un grand pourvoyeur d’emplois et de revenus en Océanie, a-t-il déclaré. Le suivi en mer des opérations de pêche thonière est indispensable pour préserver la bonne santé du secteur. L’industrie thonière finance elle-même une grande partie des coûts directs des missions des observateurs embarqués, mais il faudra du temps pour qu’elle accepte de prendre en charge les frais de formation.”

Avant d’embarquer à bord des navires de pêche, les observateurs doivent suivre un programme de formation rigoureux. Les formations sont dispensées par la CPS et financées grâce à des aides de la Nouvelle-Zélande et de l’Union européenne.

Or, on annonce la fin progressive de ces aides, avec une première coupe au terme de l’année 2013 et une seconde en 2014. Ce déficit de financement remet en question la capacité de formation de la CPS, et inquiète fortement les participants à la Conférence des directeurs des pêches.

Sione Matoto, directeur du ministère tongien de l’Agriculture, de l’alimentation, de la foresterie et de la pêche, a souligné l’importance de l’échantillonnage des captures pour l’industrie thonière. “J’appelle de mes vœux la poursuite du soutien néo-zélandais et européen à ce programme de formation, a-t-il déclaré. En plus d’être une source d’emplois aux Tonga, il permet de surveiller les problèmes de conformité réglementaire au sein de la filière thon.”

D’après Peter Sharples, Coordonnateur du soutien et du perfectionnement des observateurs à la CPS, il est indispensable de proposer des formations régulières aux observateurs, adaptées aux besoins de la région en matière de gestion des données.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP