13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Le trésor du lambi

Le trésor du lambi

Dernière mise à jour le mardi 6 janvier 2015

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - 03 janvier 2015
Visualiser l’article original



Strombus gigas (plus connu sous le nom de lambi) est une espèce protégée depuis 1992.

La perle rose du strombe géant (Strombus gigas) est aujourd’hui l’une des plus rares et des plus chères. Elle orne les bijoux et plus belles parures des maisons Tiffany, Cartier, Chaumet, Boucheron et Mikimoto. Sa microstructure en flammèches, unique chez les perles, se dévoile merveilleusement à la lumière. Ses couleurs sont magnifiques, du très recherché rose foncé au rouge.

Dans le monde de la joaillerie, on la considère comme une perle « fine », c’est-à-dire une perle naturelle, qui s’est développée sans intervention humaine. Autant dire une hérésie sur le marché, depuis que la perliculture s’est répandue dans tout le Pacifique dans les années 1970-1980. Une tâche définitivement dévolue aux huîtres (une demi-douzaine d’espèces est concernée), et aux moules en eau douce ; deux mollusques bivalves, les plus à même de produire des perles de culture.

La perle rose du strombe géant est d’autant plus rare qu’elle provient d’un mollusque gastéropode, un univalve ; la coquille unique (et souvent torsadée) est caractéristique de la classe. Comme son nom l’indique, le strombe géant est le plus grand de sa famille, il peut atteindre 30 cm de long pour quelque 2-3 kg. Vous le connaissez sans doute si vous êtes allés vous balader sur les rivages de la Caraïbe, au Belize, au Mexique, en République dominicaine, en Jamaïque ou aux Antilles. Il n’est pas rare de voir sur les plages des coquilles vides, percées sur le dessus (pour déloger l’animal plus rapidement).

Victime de son succès

L’homme a toujours pêché le strombe géant pour se nourrir. Il a aussi largement utilisé sa coquille, encore aujourd’hui ; tour à tour trompe de ralliement, instrument de musique, matériau de construction (on l’utilisait pour la chaux), objet de décoration, cérémonial ou funéraire. En Martinique et en Guadeloupe, le strombe fait partie du patrimoine gastronomique ; on le nomme « lambi » et on le consomme en soupe, salade, ragoût, beignets. Les deux départements sont d’ailleurs les plus gros consommateurs de la région. La demande dépassant largement les volumes de pêche locale, la majorité des lambis est importée (de la Jamaïque notamment). Depuis plusieurs décennies, d’importantes pêcheries commerciales se sont développées dans l’aire de répartition de l’espèce, et elle est actuellement la plus exploitée dans la zone. Victime d’une surpêche, d’une dégradation de ses habitats, vulnérable à la capture (on peut rencontrer le lambi juste sous la surface et jusqu’à 100 m de profondeur, les juvéniles ayant plutôt tendance à occuper les petits fonds), mâture tardivement (vers 3-4 ans), ses populations sont en forte régression.

Strombus gigas est pourtant inscrit depuis 1992 à l’Annexe II* de la Cites, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. La mesure n’a pas suffi à diminuer la pression de pêche, le prix au kilo de la chair augmente, la pêche illégale et le braconnage s’accentuent. Conséquence : dans plusieurs pays ou territoires dépendants, la pêche du mollusque est désormais fermée, totalement ou temporairement.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP