13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Le trio mortel des océans

Le trio mortel des océans

Dernière mise à jour le lundi 7 octobre 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - 04 octobre 2013
Visualiser l’article original



L’état de santé des océans décline plus rapidement que ce qu’on pensait, notamment sous l’effet d’un trio mortel, le réchauffement, la désoxygénation et l’acidification.

Soumis à un cocktail indigeste de menaces incluant ce trio mortel mais aussi la surpêche ou la pollution liées aux activités humaines, les océans sont aujourd’hui sous l’influence d’"un ensemble inédit de facteurs de stress", estime le programme international sur l’état des océans (IPSO), un consortium de scientifiques et d’experts qui a dévoilé son étude ce jeudi dans la revue Marine pollution bulletin. "L’état des océans se dégrade bien plus rapidement que nous ne le pensions", constate Alex Rogers, professeur au Somerville College et directeur scientifique de l’IPSO. Pour expliquer la dégradation accélérée des océans, les scientifiques mettent en avant le "trio mortel" que constituent la combinaison de trois effets principaux du changement climatique : la hausse de la température des océans, l’acidification de l’eau en raison d’une absorption accrue de dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique et la baisse de la teneur en oxygène dans certaines régions marines. "Le rythme actuel de changement est sans précédent", assurent les chercheurs.

Cocktail explosif

Les prévisions sur la teneur en oxygène des océans indiquent un déclin qui se situe entre 1 % et 7 % d’ici 2100. Deux phénomènes sont à l’œuvre, explique les scientifiques, « une tendance générale de diminution des niveaux d’oxygène dans les océans tropicaux et les zones du Pacifique Nord au cours des 50 dernières années" causée par le réchauffement et, d’autre part, une "incroyable augmentation » de l’hypoxie côtière, c’est-à-dire une faible quantité d’oxygène, liée cette fois aux rejets agricoles et aux eaux usées. Ce cocktail néfaste, qui touche à la température, à la chimie, à la stratification des océans et l’apport en nutriments, "compromet gravement la productivité et l’efficacité des océans" car "de nombreux organismes se retrouveront dans des milieux impropres à leur existence", estiment les chercheurs.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP