13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter bientôt en orbite (...)

Le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter bientôt en orbite :

Dernière mise à jour le jeudi 14 novembre 2013

Article paru
sur le site "Boursorama" - 11 Novembre 2013
Visualiser l’article original



C’est une "sentinelle de la mer" unique au monde, dérivant au gré des courants océaniques, qui verra le jour en 2014 : le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter entre en phase de construction au printemps aux chantiers navals de Saint-Nazaire et Cherbourg.

Créé par l’architecte subaquatique Jacques Rougerie, ce gigantesque hippocampe d’aluminium semi-submersible - qui n’existe pour le moment que sous forme informatique virtuelle -, sera doté de la plus haute technologie scientifique pour passer au crible, en permanence et dans toutes ses composantes, la biosphère marine océanique.

"SeaOrbiter sera le sas entre notre monde terrestre et le monde marin", explique à l’AFP Jacques Rougerie, pour qui "c’est de l’océan que naîtra le destin des civilisations à venir".

L’architecte, reçu en 2010 sous la coupole de l’Académie des Beaux Arts, revendique sa filiation avec l’auteur de 20.000 lieues sous les mers, puis avec Jacques-Yves Cousteau, le commandant au bonnet rouge qui le premier a fait découvrir le monde des abysses au plus grand nombre.

Rougerie a dessiné les premières esquisses de son vaisseau du futur au tout début du siècle, partant du principe édicté par Jules Verne que "tout ce qu’un homme est capable d’imaginer, d’autres hommes sont capables de le réaliser".

Vaisseau "merrien"

Notamment sur le plan financier. Car "la science et la technologie, ça prend du temps....et de l’argent !", souligne-t-il.
[Photo de l’architecte subaquatique Jacques Rougerie remise par lui-même ( SeaOrbiter/AFP/Archives / Jacques Rougerie


Le coût de SeaOrbiter est ainsi évalué à 35 millions d’euros. Crise oblige, les investisseurs et partenaires financiers se sont faits attendre. Mais l’architecte a fini par décrocher des partenariats de taille, notamment avec l’horloger Rolex, le groupe industriel ABB qui exerce dans les technologies de l’énergie et de l’automation ou encore Technip, le leader de la construction sous-marine.

La faisabilité du projet a été approuvée par la DCNS (Direction des Constructions Navales), qui en assure la maîtrise d’oeuvre et le suivi. Comex, Ifremer et d’autres organismes internationaux y sont associés.

La durée de construction du SeaOrbiter est évaluée à 18 mois, soit quelque 100.000 heures de travail pour les deux chantiers concernés.

"Les marins ne voient que la surface des océans. Ils sont aveugles à ce monde immense en dessous d’eux. 85% de la biodiversité marine restent à découvrir", souligne Rougerie.

"SeaOrbiter sera le vaisseau symbole de cette nouvelle génération d’hommes qui ne sont ni terriens, ni marins. Je les appelle +Merriens+. Nemo est le premier +Merrien+. Je suis un +Merrien+".

L’oeil de la sentinelle

Son SeaOrbiter est une création bionique, une passerelle entre une forme vivante et une forme construite, en harmonie avec son environnement. Haut de 58 m pour 550 tonnes, il pourra accueillir sur 12 niveaux de 18 à 22 hommes d’équipage et scientifiques.
Il comporte une partie immergée de 31 m avec quille rabattable et fonctionnera exclusivement aux énergies renouvelables (éoliennes et panneaux solaires), alimentant deux propulseurs électriques pour une vitesse moyenne de 5 à 6 noeuds.

Tout à la fois plate-forme scientifique pluridisciplinaire dotée d’équipements d’observation et d’écoute océanographiques, centre de communication, laboratoire, maison et base sous-marine d’exploration, le grand hippocampe d’aluminium permettra 24h sur 24 une vision constante du monde sous-marin.

A 18 m au-dessus du niveau de la mer sera logé le cerveau et système nerveux central de l’édifice dérivant avec son appareillage technologique sophistiqué : "l’oeil de la sentinelle de la mer", selon Jacques Rougerie.

Symboliquement, l’architecte entend associer le plus grand nombre à la construction de ce "centre de l’intelligence" du vaisseau, d’un coût de 325.000 euros.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP