18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter bientôt en orbite (...)

Le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter bientôt en orbite :

Dernière mise à jour le jeudi 14 novembre 2013

Article paru
sur le site "Boursorama" - 11 Novembre 2013
Visualiser l’article original



C’est une "sentinelle de la mer" unique au monde, dérivant au gré des courants océaniques, qui verra le jour en 2014 : le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter entre en phase de construction au printemps aux chantiers navals de Saint-Nazaire et Cherbourg.

Créé par l’architecte subaquatique Jacques Rougerie, ce gigantesque hippocampe d’aluminium semi-submersible - qui n’existe pour le moment que sous forme informatique virtuelle -, sera doté de la plus haute technologie scientifique pour passer au crible, en permanence et dans toutes ses composantes, la biosphère marine océanique.

"SeaOrbiter sera le sas entre notre monde terrestre et le monde marin", explique à l’AFP Jacques Rougerie, pour qui "c’est de l’océan que naîtra le destin des civilisations à venir".

L’architecte, reçu en 2010 sous la coupole de l’Académie des Beaux Arts, revendique sa filiation avec l’auteur de 20.000 lieues sous les mers, puis avec Jacques-Yves Cousteau, le commandant au bonnet rouge qui le premier a fait découvrir le monde des abysses au plus grand nombre.

Rougerie a dessiné les premières esquisses de son vaisseau du futur au tout début du siècle, partant du principe édicté par Jules Verne que "tout ce qu’un homme est capable d’imaginer, d’autres hommes sont capables de le réaliser".

Vaisseau "merrien"

Notamment sur le plan financier. Car "la science et la technologie, ça prend du temps....et de l’argent !", souligne-t-il.
[Photo de l’architecte subaquatique Jacques Rougerie remise par lui-même ( SeaOrbiter/AFP/Archives / Jacques Rougerie


Le coût de SeaOrbiter est ainsi évalué à 35 millions d’euros. Crise oblige, les investisseurs et partenaires financiers se sont faits attendre. Mais l’architecte a fini par décrocher des partenariats de taille, notamment avec l’horloger Rolex, le groupe industriel ABB qui exerce dans les technologies de l’énergie et de l’automation ou encore Technip, le leader de la construction sous-marine.

La faisabilité du projet a été approuvée par la DCNS (Direction des Constructions Navales), qui en assure la maîtrise d’oeuvre et le suivi. Comex, Ifremer et d’autres organismes internationaux y sont associés.

La durée de construction du SeaOrbiter est évaluée à 18 mois, soit quelque 100.000 heures de travail pour les deux chantiers concernés.

"Les marins ne voient que la surface des océans. Ils sont aveugles à ce monde immense en dessous d’eux. 85% de la biodiversité marine restent à découvrir", souligne Rougerie.

"SeaOrbiter sera le vaisseau symbole de cette nouvelle génération d’hommes qui ne sont ni terriens, ni marins. Je les appelle +Merriens+. Nemo est le premier +Merrien+. Je suis un +Merrien+".

L’oeil de la sentinelle

Son SeaOrbiter est une création bionique, une passerelle entre une forme vivante et une forme construite, en harmonie avec son environnement. Haut de 58 m pour 550 tonnes, il pourra accueillir sur 12 niveaux de 18 à 22 hommes d’équipage et scientifiques.
Il comporte une partie immergée de 31 m avec quille rabattable et fonctionnera exclusivement aux énergies renouvelables (éoliennes et panneaux solaires), alimentant deux propulseurs électriques pour une vitesse moyenne de 5 à 6 noeuds.

Tout à la fois plate-forme scientifique pluridisciplinaire dotée d’équipements d’observation et d’écoute océanographiques, centre de communication, laboratoire, maison et base sous-marine d’exploration, le grand hippocampe d’aluminium permettra 24h sur 24 une vision constante du monde sous-marin.

A 18 m au-dessus du niveau de la mer sera logé le cerveau et système nerveux central de l’édifice dérivant avec son appareillage technologique sophistiqué : "l’oeil de la sentinelle de la mer", selon Jacques Rougerie.

Symboliquement, l’architecte entend associer le plus grand nombre à la construction de ce "centre de l’intelligence" du vaisseau, d’un coût de 325.000 euros.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP