23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer
Accueil > Actualités de la mer > Le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter bientôt en orbite (...)

Le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter bientôt en orbite :

Dernière mise à jour le jeudi 14 novembre 2013

Article paru
sur le site "Boursorama" - 11 Novembre 2013
Visualiser l’article original



C’est une "sentinelle de la mer" unique au monde, dérivant au gré des courants océaniques, qui verra le jour en 2014 : le vaisseau océanographique futuriste SeaOrbiter entre en phase de construction au printemps aux chantiers navals de Saint-Nazaire et Cherbourg.

Créé par l’architecte subaquatique Jacques Rougerie, ce gigantesque hippocampe d’aluminium semi-submersible - qui n’existe pour le moment que sous forme informatique virtuelle -, sera doté de la plus haute technologie scientifique pour passer au crible, en permanence et dans toutes ses composantes, la biosphère marine océanique.

"SeaOrbiter sera le sas entre notre monde terrestre et le monde marin", explique à l’AFP Jacques Rougerie, pour qui "c’est de l’océan que naîtra le destin des civilisations à venir".

L’architecte, reçu en 2010 sous la coupole de l’Académie des Beaux Arts, revendique sa filiation avec l’auteur de 20.000 lieues sous les mers, puis avec Jacques-Yves Cousteau, le commandant au bonnet rouge qui le premier a fait découvrir le monde des abysses au plus grand nombre.

Rougerie a dessiné les premières esquisses de son vaisseau du futur au tout début du siècle, partant du principe édicté par Jules Verne que "tout ce qu’un homme est capable d’imaginer, d’autres hommes sont capables de le réaliser".

Vaisseau "merrien"

Notamment sur le plan financier. Car "la science et la technologie, ça prend du temps....et de l’argent !", souligne-t-il.
[Photo de l’architecte subaquatique Jacques Rougerie remise par lui-même ( SeaOrbiter/AFP/Archives / Jacques Rougerie


Le coût de SeaOrbiter est ainsi évalué à 35 millions d’euros. Crise oblige, les investisseurs et partenaires financiers se sont faits attendre. Mais l’architecte a fini par décrocher des partenariats de taille, notamment avec l’horloger Rolex, le groupe industriel ABB qui exerce dans les technologies de l’énergie et de l’automation ou encore Technip, le leader de la construction sous-marine.

La faisabilité du projet a été approuvée par la DCNS (Direction des Constructions Navales), qui en assure la maîtrise d’oeuvre et le suivi. Comex, Ifremer et d’autres organismes internationaux y sont associés.

La durée de construction du SeaOrbiter est évaluée à 18 mois, soit quelque 100.000 heures de travail pour les deux chantiers concernés.

"Les marins ne voient que la surface des océans. Ils sont aveugles à ce monde immense en dessous d’eux. 85% de la biodiversité marine restent à découvrir", souligne Rougerie.

"SeaOrbiter sera le vaisseau symbole de cette nouvelle génération d’hommes qui ne sont ni terriens, ni marins. Je les appelle +Merriens+. Nemo est le premier +Merrien+. Je suis un +Merrien+".

L’oeil de la sentinelle

Son SeaOrbiter est une création bionique, une passerelle entre une forme vivante et une forme construite, en harmonie avec son environnement. Haut de 58 m pour 550 tonnes, il pourra accueillir sur 12 niveaux de 18 à 22 hommes d’équipage et scientifiques.
Il comporte une partie immergée de 31 m avec quille rabattable et fonctionnera exclusivement aux énergies renouvelables (éoliennes et panneaux solaires), alimentant deux propulseurs électriques pour une vitesse moyenne de 5 à 6 noeuds.

Tout à la fois plate-forme scientifique pluridisciplinaire dotée d’équipements d’observation et d’écoute océanographiques, centre de communication, laboratoire, maison et base sous-marine d’exploration, le grand hippocampe d’aluminium permettra 24h sur 24 une vision constante du monde sous-marin.

A 18 m au-dessus du niveau de la mer sera logé le cerveau et système nerveux central de l’édifice dérivant avec son appareillage technologique sophistiqué : "l’oeil de la sentinelle de la mer", selon Jacques Rougerie.

Symboliquement, l’architecte entend associer le plus grand nombre à la construction de ce "centre de l’intelligence" du vaisseau, d’un coût de 325.000 euros.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP