22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Le vrai bilan de l’éolien en France

Le vrai bilan de l’éolien en France

Dernière mise à jour le vendredi 1er novembre 2013

Article paru
sur le site "Atlantico" - 30 octobre 2013
Visualiser l’article original



Atlantico : Alors que l’on assiste au déclin des Wind Farms américaines (parc à éoliennes), qui parce qu’elles ne génèrent pas assez d’énergie ou sont nocives pour l’écosystème, sont arrêtées 4 mois par an, qu’en est-il des parcs éoliens français ? Aujourd’hui, quel est le vrai bilan de l’éolien en France ?

Remy Prudhomme : Ce bilan doit comporter plusieurs dimensions : écologique, économique, et parfois émotionnelle. La France s’est lancée dans l’éolien avec moins d’énergie que des pays comme l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni ou le le Danemark (où le poids de l’éolien est le plus élevé). En pratique, l’énergie éolienne en France est gérée via un mécanisme particulier : les tarifs d’achats obligatoires. Toute personne qui installe une éolienne vend son énergie à EDF, qui est obligé de l’acheter à un prix élevé. Pour l’énergie éolienne, on est du côté de 80 ou 90 euros par megawatt/heure, c’est beaucoup plus que l’énergie nucléaire ou le charbon, qui sont toutes deux aux alentours de de 50 euros mw/h.

Par ailleurs, on est obligé d’acheter cette électricité au moment où elle est créée. Pourtant une éolienne ne fonctionne que pendant 30 % du temps, c’est une électricité intermittente. L’embêtant c’est que l’on ne sait pas du tout quand cela va se produire. Et bien souvent, cela ne correspond pas au besoin des individus en électricité (par exemple au mois d’août à deux heures de l’après-midi). Mais peu importe le moment, nous sommes dans l’obligation de l’acheter… Prenons l’exemple de l’Allemagne : en mars dernier 60 % de l’électricité était produite par les éoliennes un jour, et deux jours plus tard on était descendu à 3 %. Cette fluctuation n’a rien à voir avec l’évolution de la demande ! D’ailleurs, l’énergie éolienne représente en Allemagne 10 à 15 % de l’électricité nationale, mais les centrales au gaz fonctionnent peu et les Allemands les ferment au moment où ils en ont le plus besoin ! En Allemagne, le coût de ces énergies vertes est devenu absolument considérable, de 15 à 20 milliards d’euros par an ! Colossal ! En France on est loin derrière.

La France n’utilise que 4% d’énergie éolienne mais cela lui coûte quand même quelques milliards par an. Le prix de l’électricité en France est encore bon marché, comparé aux autres produits européens. L’électricité est d’ailleurs l’un des domaines où la France fait beaucoup mieux que l’Allemagne ! Nous ne rejetons pas de CO2, et nous possédons une énergie domestique, nous n’importons quasiment rien. Si l’éolien reste au niveau où il est, il ne devrait pas y avoir de lourds problèmes sur l’économie énergétique. Nous avons une énergie équilibrée, et nous n’avons pas besoin d’investir. La consommation d’électricité s’est stabilisée, elle n’augmente pas.
Les opposants à l’établissement d’éoliennes dans le paysage sont de plus en plus visibles, comme en témoigne le mouvement Not in My BackYard (nimby) dans l’Hérault. Des particuliers s’opposent à un projet local d’intérêt commun, ici les éoliennes. Assiste-t-on à un véritable rejet général de cette forme d’énergie ? L’éolienne a-t-elle mauvaise réputation ?

Il n’y a pas de rejet général. La densité des éoliennes n’est pas extraordinaire en France, elles sont disposées là où il n y a pas beaucoup d’individus (ceux-ci sont d’ailleurs rémunérés). Les amis de la nature s’y opposent, d’autres veulent protéger les paysages. L’opposition à l’éolien en mer va d’ailleurs être encore plus grande. Les paysages marins sont horizontaux plus encore que les paysages terriens ; ce sera d’autant plus choquant. Tout cela pour quelque chose qui est inutile. Le lobbying vert a été très puissant.
Quel avenir pour le modèle d’énergie durable ? Peut-on voir dans l’éolien offshore une réponse aux problèmes causés par les éoliennes terrestres ?

Le problème réside, pour l’instant dans le fait que l’on ne peut pas stocker d’électricité. La recherche est en cours en ce sens, et le jour où elle aura porté ses fruits, les énergies éoliennes et solaire seront complètement bouleversées.

Lire l’article complet ...

— -


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP