23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer
Accueil > Actualités de la mer > Les animaux marins touchés par des maladies terrestres

Les animaux marins touchés par des maladies terrestres

Dernière mise à jour le mercredi 29 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Mardi 21 Février 2012
Visualiser l’article original



Les animaux marins touchés par des maladies terrestres

Les maladies des animaux terrestres frappent désormais aussi les espèces marines. Un inquiétant constat dressé par des biologistes après qu’ils ont examiné les cadavres de mammifères marins échoués sur les rives du Canada.

Les animaux marins, et notamment les phoques et les otaries, sont de plus en plus touchés par des parasites et maladies jusqu’alors propres aux animaux terrestres comme les chèvres, les vaches, les chats ou encore les chiens. Ce constat extrêmement inquiétant a été dressé par des chercheurs lors de la rencontre annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS), organisée à Vancouver au Canada.

Cité par l’AFP, le biologiste Andrew Trites a expliqué avoir fait cette découverte après avoir examiné les cadavres d’animaux marins échoués sur les côtes du Canada, et constaté qu’ils étaient atteints de maladies frappant généralement les animaux terrestres. Et ces maladies menacent également de plus en plus les hommes, ont averti les chercheurs réunis à l’occasion de l’AAAS.

Comme l’a expliqué Jason Hall-Spencer, de l’Université britannique de Plymouth, l’écosystème des océans est soumis en raison du réchauffement climatique à des changements très inquiétants. Des recherches menées en Italie, en Basse-Californie et en Papouasie-Nouvelle Guinée ont en effet toutes montré que l’augmentation du taux de dioxyde de carbone (CO2) engendrait une diminution de 30% des microbes, des plantes et des animaux dans les océans.

Une meilleure surveillance des risques

Les parasites, les champignons, les virus et les bactéries se transmettent de plus en plus aisément de la terre à la mer en raison de l’activité de l’homme et de la façon dont il bétonne, assèche des zones marécageuses, et sacrifie l’environnement au profit de l’agriculture intensive. Les chercheurs appellent alors à accroître la surveillance des risques sanitaires que représente pour l’homme la présence de parasites et pathogènes d’origine terrestre chez les mammifères marins.

L’évolution de ces maladies "pourrait avoir un impact encore non reconnu chez l’homme", avertit Melissa Miller, une vétérinaire californienne. "Nous vivons dans les mêmes zones et mangeons souvent les mêmes aliments" souligne-t-elle.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP