21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > Les aventuriers du coelacanthe perdu

Les aventuriers du coelacanthe perdu

Dernière mise à jour le mardi 9 avril 2013

Article paru
sur le site "Le Quotidien" - 04 Avril 2013
Visualiser l’article original


"Fossile vivant", "dinosaure de la mer" : le coelacanthe, gros poisson vieux de 365 millions d’années, est au coeur d’une ambitieuse expédition naturaliste qui va plonger dans les grands fonds de l’océan Indien, sur la côte orientale d’Afrique du Sud, en quête de l’énigmatique animal.

"Taxon Lazare" ("espèce ressuscitée" selon la terminologie scientifique), on le croyait définitivement rayé de la liste des organismes vivants depuis 70 millions d’années, réduit à l’état de fossile. Mais en 1938, coup de tonnerre chez les paléontologues ! Un pêcheur sud-africain remonta dans ses filets un spécimen qui mesurait 1,30 m pour 60 kg.

"C’est comme si on avait découvert un dinosaure vivant. Le coelacanthe est considéré comme la plus grande découverte zoologique du XXe siècle", souligne le Muséum national d’histoire naturelle (MNHM), maître d’oeuvre scientifique de la mission. Baptisée "Gombessa" (nom local du coelacanthe), l’expédition va s’installer pendant un mois et demi, jusqu’au 15 mai, sur le rivage du parc naturel iSimangaliso, à la frontière du Mozambique.

Au-delà de son âge canonique, le coelacanthe constitue surtout une curiosité paléontologique avec son anatomie singulière et partiellement ossifiée, ses ébauches de membres sur quatre de ses nageoires, son embryon de poumon primitif et sa boîte crânienne étrangement articulée.

Car il porte en lui les traces du passage entre le poisson et les premiers vertébrés terrestres à quatre pattes, témoin de la sortie des eaux voici quelque 365 millions d’années.

Un témoin toutefois bien peu bavard qui laisse de nombreuses questions sans réponses.

"On ne connaît quasiment rien de la vie du coelacanthe, de son éthologie, alors que son anatomie a été passée au crible, que plusieurs spécimens ont été disséqués, passés au scanner, à l’IRM", explique à l’AFP Gaël Clément, paléontologue au MNHM et responsable scientifique de l’expédition Gombessa.

"On ignore sa longévité, l’état de sa population existante, ses déplacements, le rythme de sa reproduction et son temps de gestation. On ignore pour quelle raison il meurt en cas de capture, même replongé dans un écosystème proche du sien", énumère le jeune chercheur.

"Il y a un autre mystère. Très peu de juvéniles ou bébés coelacanthe ont été vus par des plongeurs. Existerait-il une nursery des coelacanthes, quelque part dans les grands fonds ?", s’interroge Gaël Clément.

C’est pour tenter d’élucider ces mystères que l’expédition a été montée, sous la houlette du plongeur et biologiste marin Laurent Ballesta, 38 ans, familier des périlleuses missions naturalistes en eaux profondes.

A une trentaine de reprises, pendant 45 jours, les plongeurs vont partir à la rencontre de l’antique poisson, dans les grottes et cavités où il s’abrite à quelque 120 m de profondeur.

"C’est la profondeur minimum où le contact entre l’animal et le plongeur est possible, explique Laurent Ballesta à l’AFP. Chargés de 85 kg de matériel, nous mettons 4 min à descendre. Nous restons une trentaine de minutes au fond en quête de l’animal, mais il nous faut cinq heures, de palier de décompression en palier de décompression, pour rejoindre la surface".

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP