20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Les baleines fuient les sonars militaires et s’échouent sur les (...)

Les baleines fuient les sonars militaires et s’échouent sur les plages

Dernière mise à jour le samedi 6 juillet 2013

Article paru
sur le site "Free actualités" - Juillet 2013
Visualiser l’article original


Les échouages en masse de mammifères marins sont souvent liés à la pollution sonore. Le son se propage mieux dans l’océan que dans l’air, et les animaux marins s’en servent pour s’orienter et chasser. Fonctionnant à la manière de sonars, les cétacés écoutent l’écho de leurs signaux pour identifier leur environnement, il s’agit de l’écholocation. Les exercices navals utilisent des sonars de moyenne fréquence (comprise entre 2,6 et 3,3 kHz). Ils sont puissants, dépassant 230 dB, et influencent le comportement des mammifères marins.

Aux Bahamas en 2000, 17 cétacés ? majoritairement des baleines à bec de Cuvier et de Blainville ? avaient été retrouvés échoués sur 240 km, à la suite d’essais de 5 navires militaires. En 2002, dans le golfe de Californie, deux baleines de Cuvier sont retrouvées échouées après une campagne scientifique de géophysique qui utilisait des canons à air et haute intensité. Depuis les années 1990, une dizaine d’événements massifs similaires ont été corrélés aux essais militaires. Les baleines à bec semblent être les plus sensibles, peut-être en raison de leur nature timide et leur capacité à plonger jusqu’à 1.000 m de fond durant plus d’une heure. Ainsi, une légère modification des conditions sonores dans l’océan peut grandement les perturber.
Le lien entre l’utilisation des sonars et les échouages est avéré, mais la question de la façon dont réagissent ces animaux aux ondes n’est pas encore complètement élucidée. Les baleines à bec de Cuvier s’observent rarement, et on en sait peu sur leur comportement. Dans ce contexte, une équipe mixte de recherche a réalisé une étude de grande ampleur, en posant des balises de localisation et des micros sur 17 baleines bleues et 2 baleines de Cuvier. Dans un premier temps, ils ont simplement enregistré leurs positions et leurs émissions sonores.
Les baleines de Cuvier sont tétanisées par les sonars

Par la suite, les chercheurs ont émis, à l’aide de hauts-parleurs sous l’eau, des bruits de fréquence et d’intensité similaires aux sonars militaires. Grâce aux dispositifs placés sur les cétacés, ils ont pu étudier la réponse de chaque individu. Aussitôt que les baleines de Cuvier entendaient les sonars, elles s’arrêtaient systématiquement de nager et manger, comme tétanisées. Puis, elles se mettaient à nager rapidement, fuyant le bruit. Certaines effectuaient des plongées dans les grandes profondeurs de façon anormalement longue.

« La pièce manquante du puzzle était de savoir comment les baleines changeaient de comportement et comment cela a conduit à des échouages massifs, explique Stacy DeRuiter, impliquée dans l’étude. Les individus ont cessé de s’alimenter durant six à sept heures, ce qui est inhabituel. » Les résultats d’analyse de deux baleines de Cuvier ont fait l’objet d’un article paru dans les Biology Letters.
Le lien entre l’utilisation des sonars et les échouages est avéré, mais la question de la façon dont réagissent ces animaux aux ondes n’est pas encore complètement élucidée. Les baleines à bec de Cuvier s’observent rarement, et on en sait peu sur leur comportement. Dans ce contexte, une équipe mixte de recherche a réalisé une étude de grande ampleur, en posant des balises de localisation et des micros sur 17 baleines bleues et 2 baleines de Cuvier. Dans un premier temps, ils ont simplement enregistré leurs positions et leurs émissions sonores.
Les baleines de Cuvier sont tétanisées par les sonars

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP