10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon
Accueil > Actualités de la mer > Les baleines fuient les sonars militaires et s’échouent sur les (...)

Les baleines fuient les sonars militaires et s’échouent sur les plages

Dernière mise à jour le samedi 6 juillet 2013

Article paru
sur le site "Free actualités" - Juillet 2013
Visualiser l’article original


Les échouages en masse de mammifères marins sont souvent liés à la pollution sonore. Le son se propage mieux dans l’océan que dans l’air, et les animaux marins s’en servent pour s’orienter et chasser. Fonctionnant à la manière de sonars, les cétacés écoutent l’écho de leurs signaux pour identifier leur environnement, il s’agit de l’écholocation. Les exercices navals utilisent des sonars de moyenne fréquence (comprise entre 2,6 et 3,3 kHz). Ils sont puissants, dépassant 230 dB, et influencent le comportement des mammifères marins.

Aux Bahamas en 2000, 17 cétacés ? majoritairement des baleines à bec de Cuvier et de Blainville ? avaient été retrouvés échoués sur 240 km, à la suite d’essais de 5 navires militaires. En 2002, dans le golfe de Californie, deux baleines de Cuvier sont retrouvées échouées après une campagne scientifique de géophysique qui utilisait des canons à air et haute intensité. Depuis les années 1990, une dizaine d’événements massifs similaires ont été corrélés aux essais militaires. Les baleines à bec semblent être les plus sensibles, peut-être en raison de leur nature timide et leur capacité à plonger jusqu’à 1.000 m de fond durant plus d’une heure. Ainsi, une légère modification des conditions sonores dans l’océan peut grandement les perturber.
Le lien entre l’utilisation des sonars et les échouages est avéré, mais la question de la façon dont réagissent ces animaux aux ondes n’est pas encore complètement élucidée. Les baleines à bec de Cuvier s’observent rarement, et on en sait peu sur leur comportement. Dans ce contexte, une équipe mixte de recherche a réalisé une étude de grande ampleur, en posant des balises de localisation et des micros sur 17 baleines bleues et 2 baleines de Cuvier. Dans un premier temps, ils ont simplement enregistré leurs positions et leurs émissions sonores.
Les baleines de Cuvier sont tétanisées par les sonars

Par la suite, les chercheurs ont émis, à l’aide de hauts-parleurs sous l’eau, des bruits de fréquence et d’intensité similaires aux sonars militaires. Grâce aux dispositifs placés sur les cétacés, ils ont pu étudier la réponse de chaque individu. Aussitôt que les baleines de Cuvier entendaient les sonars, elles s’arrêtaient systématiquement de nager et manger, comme tétanisées. Puis, elles se mettaient à nager rapidement, fuyant le bruit. Certaines effectuaient des plongées dans les grandes profondeurs de façon anormalement longue.

« La pièce manquante du puzzle était de savoir comment les baleines changeaient de comportement et comment cela a conduit à des échouages massifs, explique Stacy DeRuiter, impliquée dans l’étude. Les individus ont cessé de s’alimenter durant six à sept heures, ce qui est inhabituel. » Les résultats d’analyse de deux baleines de Cuvier ont fait l’objet d’un article paru dans les Biology Letters.
Le lien entre l’utilisation des sonars et les échouages est avéré, mais la question de la façon dont réagissent ces animaux aux ondes n’est pas encore complètement élucidée. Les baleines à bec de Cuvier s’observent rarement, et on en sait peu sur leur comportement. Dans ce contexte, une équipe mixte de recherche a réalisé une étude de grande ampleur, en posant des balises de localisation et des micros sur 17 baleines bleues et 2 baleines de Cuvier. Dans un premier temps, ils ont simplement enregistré leurs positions et leurs émissions sonores.
Les baleines de Cuvier sont tétanisées par les sonars

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP