13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Les bénitiers, une ressource non négligeable

Les bénitiers, une ressource non négligeable

Dernière mise à jour le vendredi 8 mars 2013

Article paru
sur le site "Les Nouvelles PF" - 06 Mars 2013
Visualiser l’article original


Vendredi dernier, l’Université de la Polynésie française (UPF) a reçu plusieurs chercheurs et experts venus présenter leurs travaux portant sur le bénitier, mollusque bivalve, bien connu sous nos latitudes. Ainsi les différentes interventions ont toutes tendu à montrer que la connaissance et la gestion du pahua étaient un véritable enjeu de développement économique des archipels.

En effet, la ressource, historiquement utilisée comme aliment dans la culture polynésienne, l’est encore de nos jours puisque le marché local de la chair de bénitier exportée depuis les Tuamotu de l’Est et les Australes serait aujourd’hui de 70 tonnes par an, soit un chiffre d’affaires de l’ordre de 30 à 35 millions de Fcfp. Un revenu non négligeable pour les populations de ces îles.

L’espèce plus particulièrement étudiée est le Tridacna maxima considérée comme l’une des 9 espèces la moins menacée par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (en anglais Convention On International Trade of Endangered Species, CITES). Cependant si l’on veut assurer des revenus durables aux populations des archipels, il faut au préalable s’assurer d’une gestion durable des stocks naturels voire s’assurer d’une origine durable notamment par l’aquaculture des individus.

Les stocks de bénitiers des îles de la Société sont devenus faibles, si ce n’est décimé. Or, aux Tuamotu de l’Est, voire dans certaines îles des Australes, le bénitier atteint des concentrations remarquables et même uniques par rapport au reste du monde corallien. Ainsi à Tatakoto et Fangatau, les densités maximales recensées atteignent respectivement 544 et

136 individus/m2, des valeurs uniques au monde. Cependant les informations émanant des maires ou des populations montrent que ces stocks risquent de diminuer si une méthode d’exploitation durable n’est pas proposée à temps. L’objectif de ces recherches est donc de proposer un développement économique durable en tenant compte des souhaits des populations.

C’est pourquoi le service de la Pêche a initié et conduit des travaux selon deux axes principaux : l’étude des stocks naturels avec un objectif de gestion durable de l’exploitation de ces bénitiers dans les lagons abondants et la faisabilité technique et économique d’une aquaculture de bénitiers adaptée aux îles retenues et fondée sur des techniques de collectage, d’élevage et de repeuplement des lagons. Ces travaux ont été menés en partenariat avec l’Institut de recherches pour le développement (IRD) et l’UPF. Ces études initiées depuis 2001 ont donc fait vendredi dernier l’objet d’une série de conférences qui ont permis à la soixantaine de participants présents d’assister à des débats riches en propositions et pistes d’études.

Les différentes études et recherche ont montré que le bénitier pouvait à terme devenir une ressource économique importante voire qu’il serait envisageable de développer un marché à l’exportation, qu’il s’agisse de commercialisation de chair de bénitiers ou d’individus vivants pour l’aquariophilie.

Dans un premier temps, les études ont donc porté sur le recensement et le suivi des stocks naturels, recensement qui en informatique par exemple a permis de réaliser des modèles mathématiques de comptage à partir de photographies prises par des plongeurs mais aussi de réaliser une évaluation régulière de ces mêmes stocks. Ces premières études ont mis en évidence l’extrême fragilité de la ressource soumise aux conditions climatiques (le réchauffement climatique pouvant entraîner une mauvaise circulation des eaux lagonaires), au braconnage, à la surpêche, etc. D’où l’intérêt de mettre en place des quotas de pêche ou encore de fixer une taille minimum (12 centimètres). Dans ce cadre, la mise en place des PGEM (plan de gestion de l’espace maritime), notamment celui de l’île de Moorea a montré que les aires marines protégées (AMP) amènent une meilleure préservation de la ressource et donc de plus grande possibilité d’exploitation.

L’autre axe de recherche s’est davantage intéressé à une aquaculture fondée sur le collectage (technique maîtrisée déjà en perliculture) de naissains de bivalves qui sont ensuite “fixés” sur des supports adaptés. Les premiers résultats encourageants montrent que 70% des bénitiers installés 54 mois après le repeuplement, sont vivants. Une filière aquacole à ne pas négliger.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP