19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Les eaux françaises touchées par des pollutions peu visibles

Les eaux françaises touchées par des pollutions peu visibles

Dernière mise à jour le vendredi 21 juin 2013

Article paru
sur le site "Yahoo_actualités" - 18 Juin 2013
Visualiser l’article original


SOCIETE - La France vient d’être condamnée par la Cour de justice européenne pour des pollutions aux nitrates...

Alors que la campagne « gestes propres-vacances propres », destinée à lutter contre l’abandon des déchets dans la nature et les espaces de loisirs va débuter, cette pollution semble minime par rapport à celle des eaux françaises, contaminée par des pesticides et des nitrates. Un dossier sensible pour la France, avec 19.000 communes, puisque la Cour de justice européenne a condamné le pays le 13 juin pour non respect de ses obligations dans ce dossier. Symbole de ces pollutions, les marées vertes en Bretagne qui abîment l’image de la région.

Le droit français et les coups de gueules récurrents des associations de protection de l’environnement sont-ils inefficaces ? « Cela portera forcément un jour ou l’autre », espère Isabelle Autissier, navigatrice et présidente du WWF. « Mais aujourd’hui, le lobby agricole chez les politiques est extrêmement puissant, avec la FNSEA par exemple. Il y a de très fortes résistances dans ce domaine », continue-t-elle.

Accusation de lobby agricole

A la FNSEA, on balaie l’accusation : « On défend la profession et on s’inscrit dans une démarche de développement durable », lance Pascal Ferey, vice-président et président de la commission « environnement » de ce syndicat. Quant aux changements des pratiques et des modifications coûteuses des installations agricoles pour réduire ces pollutions, Pascal Ferey estime qu’« obliger tous les agriculteurs français à s’équiper est un non-sens, car les situations sont très différentes suivant les régions ». L’homme juge par ailleurs que « les nitrates que l’on retrouve aujourd’hui résultent d’épandages faits il y a dix à vingt ans. Les pratiques changent, et l’on arrive, dans certains endroits, à des baisses significatives des taux
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP