21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Les écrevisses aussi peuvent être anxieuses

Les écrevisses aussi peuvent être anxieuses

Dernière mise à jour le samedi 14 juin 2014

Article paru
sur le site "Figaro" - 13 Juin 2014
Visualiser l’article original



Home ACTUALITE Sciences & Environnnement
Par Tristan Vey
Publié le 13/06/2014 à 17:38

Les écrevises sont des animaux naturellement curieux et belliqueux.

C’est la première fois que des chercheurs observent cette émotion chez un invertébré.

Les crustacés ne sont pas vraiment réputés pour leur finesse d’esprit ou l’originalité de leur conversation. Disons-le même franchement, ce sont des animaux plutôt stupides. Avec un cerveau de quelques milliers de neurones seulement, l’écrevisse ne fait pas exception. Des chercheurs français (université de Bordeaux/CNRS) viennent pourtant de démontrer qu’elle cachait derrière sa grosse carapace un secret inavouable : c’est une grande anxieuse.

Il s’agit du premier invertébré chez qui l’on démontre l’existence de cette émotion, définie en biologie comme une réponse comportementale au stress engendrant une peur durable des événements futurs. On pensait jusqu’à présent que cette réaction était l’apanage des mammifères et d’animaux intellectuellement plus développés.

Pour la mettre en évidence chez l’écrevisse, les chercheurs ont fait subir à des cobayes une série de chocs électriques extrêmement brefs sur une période de 30 minutes. Au bout d’un moment, ces décharges répétées ont poussé les crustacés à vouloir fuir l’aquarium. En plaçant les écrevisses effrayées dans un nouvel environnement, celles-ci ont alors spontanément recherché les zones sombres du labyrinthe pour s’y réfugier tandis que leurs congénères n’ayant pas subi cette expérience traumatisante exploraient quant à elles l’intégralité du lieu, même les zones les plus lumineuses.
Molécule anxiolytique

« Le phénomène dure environ une heure et demie, détaille au Figaro Pascal Fossat, auteur principal de l’étude parue vendredi dans Science. Après ce laps de temps, les écrevisses anxieuses reprennent un comportement normal. » Les scientifiques ne se sont pas contentés de cette seule observation. Ils ont aussi administré aux écrevisses, après les avoir électrocutées, une molécule anxiolytique similaire à celle que l’on retrouve dans des médicaments classiques. Et ce traitement a fonctionné. En dépit de leur expérience traumatisante, les cobayes n’ont plus cherché à se dissimuler dans les recoins sombres. Ils ont naturellement exploré l’ensemble du labyrinthe, comme si de rien n’était.

« Nous avons également mesuré une augmentation du taux de glucose dans le sang chez les écrevisses anxieuses », ajoute Pascal Fossat. Cette glycémie élevée est une manifestation de l’anxiété assez facile à comprendre : la crainte d’un danger à venir pousse l’écrevisse à s’y préparer. Les neurones donnent au corps l’ordre de libérer des sucres qui lui permettront de passer rapidement en mode fuite ou en mode combat.
Intéractions sociales très violentes

« C’est une vraie surprise de découvrir une émotion, même primitive, chez un animal aussi simple et sous une forme assez proche de celle rencontrée chez les mammifères, mais quand on y réfléchit ce n’est pas absurde, estime le biologiste. L’anxiété constitue vraisemblablement un avantage évolutif majeur. Que ce trait soit ancien et qu’il se soit transmis dans une grande partie du règne animal est loin d’être aberrant. »

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP