19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Les énergies marines frémissent à Brest

Les énergies marines frémissent à Brest

Dernière mise à jour le jeudi 11 avril 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance Entreprises" - 11 Avril 2013
Visualiser l’article original


Deuxième édition du genre, après Bordeaux, à Brest Thétis double le nombre d’exposants institutionnels et industriels. La filière des énergies marines renouvelables frémit et chacun se place pour ne pas manquer le rendez-vous. En première ligne les régions. Elles rêvent de développement économique et de créations d’emplois. En façade, les élus affichent un bel esprit de coopération.

Les Bretons évoquent leurs « amis » Bas Normands qui eux-mêmes se félicitent de leurs contacts avec leurs « amis » des Pays de la Loire. Même, Stuart Trought, président de l’État d’Aurigny, l’île anglo-normande au large du Cotentin, est venu confirmer l’intérêt commun à développer des hydroliennes dans le Raz Blanchard. En coulisse, le refrain n’est pas tout à fait le même. « Au final, il faut être un peu égoïste et œuvrer pour son territoire », confie Jean-François Le Grand, président du conseil général de la Manche. À Brest, chacun joue donc sa carte dans la plus grande cordialité.

Côté industriels, la compétition n’est pas moins vive. Le gâteau est appétissant, et c’est à qui va enlever la plus grosse part. En particulier pour l’hydrolien. Seul sur le créneau au départ, DCNS voit les concurrents nationaux se multiplier. Ainsi, la semaine prochaine, les Constructions mécaniques de Normandie (Cherbourg) vont entamer l’assemblage de la première hydrolienne Voith Hydro pour le compte du consortium mené par GDF Suez. Consortium qui espère développer un parc pilote dans le Raz Blanchard dès 2016. Alstom est aussi sur les rangs et Iberdrola semble nourrir quelques projets aussi. Les technologies sont différentes et font l’objet d’une guerre industrielle sous-marine.

Un sujet fait cependant l’unanimité, la lenteur de la mise en place administrative. « Nous avons les potentiels énergétiques, les industriels, mais il nous manque les éléments majeurs institutionnels », déplore Vincent Denby-Wilkes, président de France énergies marines. « Nous avons affaire à une industrie lourde qui a besoin de lisibilité : calendriers, zonages, cadre tarifaire, cadre de recherche et développement. » Des éléments clés qui demeurent dans le flou. Thétis comptait sur la venue de la ministre de l’Environnement avec le secret espoir qu’elle annonce l’AMI (Appel à manifestation d’intérêt) pour les fermes expérimentales d’hydroliennes ; elle n’est pas venue. « Rien n’est prêt », confie un observateur proche du dossier.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP