13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Les forages pétroliers en Méditerranée coulés ?

Les forages pétroliers en Méditerranée coulés ?

Dernière mise à jour le mercredi 18 avril 2012

Article paru sur le site "Var Matin" - Mercredi 11 Avril 2012
Visualiser l’article original



Les forages pétroliers en Méditerranée coulés ?

Le permis d’exploration de 2002 ne serait pas renouvelé. Le ministère de l’industrie parle d’un « rejet tacite » qui n’a pas encore été annoncé à la société pétrolière. Les opposants restent prudents

Alors, ce permis d’exploration en mer pour y chercher du pétrole ? Prolongé ? Ou mort et enterré ? Toute la journée d’hier, les opposants à ce permis donné en 2002 à une société anglaise (qui a refilé le bébé à l’écossaise Melrose), se sont posés la question. Qu’en était-il de ces forages sur une zone de 9,375 km2, au large du parc national de Port-Cros ?

Depuis des mois, écologistes et opposants de tous horizons répétaient (comme ils l’ont fait dimanche lors de leurs manifestations) que ce fameux permis arrivait à expiration le 11 avril. Et que si rien ne paraissait au journal officiel (JO) ce jour-là, c’est que l’affaire était tombée à l’eau.

Pas d’arrêté de rejet

Ils ont donc été nombreux hier à éplucher les petites annonces du JO, sans dénicher la moindre trace du permis Rhône-Méditerranée. Mais ils n’ont pas crié victoire pour autant, comme s’ils n’étaient sûrs de rien. « Tant qu’il n’y a pas d’arrêté définitif de rejet, restons vigilants », glisse Denis Lieppe, président de l’Association des amis du parc national de Port-Cros.

Il faut dire que le ministère de l’industrie entretient le doute en communiquant très discrètement sur cette question. Lui non plus n’a pas effectué d’annonce fracassante. Le cabinet d’Eric Besson nous a simplement indiqué, hier, que ce permis faisait l’objet « d’un rejet tacite ». Autrement dit, faute d’avoir été renouvelé dans les délais, il n’était plus valable. Les délais, justement, n’ont pas grand-chose à voir avec cette fameuse date du 11 avril. En fait, ce permis a été renouvelé en août 2010, pour quinze mois. Si on suit bien le ministère, il était donc caduc depuis plusieurs semaines déjà. Ce rejet n’a pas été signifié clairement à Melrose, qui doit bien s’en douter cependant.

Suivra ensuite un enterrement officiel sous forme de décret ou d’annonce au JO. Cet arrêt définitif sera encore soumis à un certain nombre d’instances et devra être justifié, argumenté. Sinon, la société Melrose risque de ne pas l’entendre de cette oreille et se lancer dans un contentieux.

Arbitrage présidentiel

Dans le flou juridique actuel, une seule certitude : le candidat Nicolas Sarkozy, en meeting à Caen vendredi dernier, a revêtu ses habits de président pour assurer qu’il « n’accepterait pas de forages pétroliers » en Méditerranée. Cette annonce a peut-être surpris le ministère de l’industrie qui n’a pas beaucoup de moyens pour s’opposer à la volonté présidentielle, même si Eric Besson n’était pas contre ces forages. À moins qu’il ne s’agisse que d’une promesse de campagne du candidat UMP. Mais personne n’ose avancer une telle hypothèse.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP