25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Les herbiers marins menacés

Les herbiers marins menacés

Dernière mise à jour le mercredi 21 mars 2012

Article paru sur le site "Espace des Sciences" - Jeudi 15 Mars 2012
Visualiser l’article original



LES HERBIERS MARINS MENACÉS

Une étude de l’Ifremer sur des herbiers marins montre que leur adaptation ne suffit plus à enrayer leur déclin.

Au fond de la Méditerranée, de vastes prairies s’étendent. Elles sont plantées d’herbiers de posidonies, une plante à fleur marine, que l’on ne trouve qu’ici et qui abrite une grande partie de la biodiversité côtière. Une étude récente, menée par Sophie Arnaud Haond, chercheur au centre Ifremer de Bretagne, avec des collègues portugais et espagnols, a montré que ces populations ont été façonnées pendant des milliers d’années. Mais aussi, qu’elles sont menacées : 5% d’entre elles disparaissent chaque année. Ces scientifiques ont échantillonné plus de 500 pieds d’herbiers entre Chypre et l’Andalousie et ont étudié leur génome. Car la posidonie se clone pour se reproduire, préservant les caractéristiques génétiques des individus qui composent les prairies. Ainsi certains génotypes se propagent depuis plusieurs milliers d’années, preuve que cette plante a pu, sans modifier ses gènes, s’adapter aux variations de l’environnement qu’elle a du affronter. Son déclin actuel pourrait alors, selon les scientifiques, être provoqué par la brutalité des bouleversements modernes, entre pollution et changement climatique accéléré.

Contacts
Sophie Arnaud Haond Tél. 02 98 22 43 05
sophie.arnaud@ifremer.fr



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP