20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée

Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée

Dernière mise à jour le samedi 26 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 25 Juillet 2014 -
Visualiser l’article original



Elles sont en Corse et sur certaines plages de la Côte d’Azur… Les méduses ont pris leurs quartiers d’été sur le littoral méditerranéen. Il est toutefois impossible de prévoir leurs déplacements. Le seul outil mis au point par le laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer qui aurait pu être exporté dans les communes voisines ne fonctionne plus. Le conseil général des Alpes-Maritimes a arrêté son financement. Le système était destiné à prévoir l’arrivée des bestioles sur les plages, avec au moins 24 heures d’avance, principalement en fonction notamment de la modélisation des courants. À défaut, il existe un site qui s’appuie sur les témoignages des vacanciers, mais quand les cnidaires sont là, c’est un peu tard pour s’en inquiéter.

Une chose est sûre, la question de savoir s’il y aura ou non des méduses en été ne se pose plus depuis plusieurs années. « La présence des méduses en Méditerranée s’appuyait sur des cycles de douze ans, raconte Robert Calcagno, le directeur de l’Institut océanographique de Monaco. Trois ou quatre ans où on les voyait et huit ou neuf ans où elles semblaient disparaître. Ce cycle a commencé à se dégrader dans les années 1990 et, depuis 2000, on n’a plu connu une seule année sans méduses », ajoute-t-il.

On dénombre un millier d’espèces de méduses différentes dans le monde, certaines, à peine visibles, appartiennent au zooplancton, d’autres étirent leurs tentacules sur plusieurs mètres. Certaines sont effrayantes comme les cuboméduses tropicales observées notamment sur les côtes nord-est de l’Australie et responsables d’une cinquantaine de décès par an, d’autres, comme Pelagia noctiluca, la plus connue en Méditerranée, sont urticantes, douloureuses mais pas dangereuses.

Cela fait trente ans que la biologiste Jacqueline Goy consacre ses recherches à ces organismes translucides. La question aujourd’hui est de savoir pour quelles raisons leur nombre explose dans la plupart des mers et océans, en Méditerranée notamment.
Nitrate et phosphate

Les chercheurs sont loin de tout connaître sur le fonctionnement de ces animaux mais il y a aujourd’hui des pistes plus que sérieuses sur certaines des causes de leur prolifération. « La disparition de leurs prédateurs tels que tortues et thons en est une mais également la raréfaction, en raison de la surpêche, de certains concurrents pour la nourriture tels que les poissons pélagiques comme la sardine, la daurade, le loup, le hareng… », précise encore la docteur ès sciences, attachée scientifique à l’Institut océanographique de Monaco, qui cosigne un livre avec Robert Calcagno (1) attendu début septembre.

« La méduse est capable de jeûner très longtemps, de se nourrir de ses propres gonades si vraiment la disette perdure mais également d’ingurgiter jusqu’à la moitié de son poids dans une journée en cas d’abondance », souligne encore la scientifique. « La pollution de l’eau au nitrate et au phosphate qui participe au foisonnement de phytoplancton et donc du zooplancton amène encore de la nourriture », ajoute Robert Calcagno. Le réchauffement de l’eau favorise également la reproduction en continu et l’acidification qui augmente dans toutes les mers du monde ne touche pas les méduses, à la différence des organismes à coquillage. Enfin on est en train de découvrir que les microplastiques qui flottent dans les eaux servent de formidables radeaux sur lesquels se fixent les polypes reproducteurs.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP