18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée

Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée

Dernière mise à jour le samedi 26 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 25 Juillet 2014 -
Visualiser l’article original



Elles sont en Corse et sur certaines plages de la Côte d’Azur… Les méduses ont pris leurs quartiers d’été sur le littoral méditerranéen. Il est toutefois impossible de prévoir leurs déplacements. Le seul outil mis au point par le laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer qui aurait pu être exporté dans les communes voisines ne fonctionne plus. Le conseil général des Alpes-Maritimes a arrêté son financement. Le système était destiné à prévoir l’arrivée des bestioles sur les plages, avec au moins 24 heures d’avance, principalement en fonction notamment de la modélisation des courants. À défaut, il existe un site qui s’appuie sur les témoignages des vacanciers, mais quand les cnidaires sont là, c’est un peu tard pour s’en inquiéter.

Une chose est sûre, la question de savoir s’il y aura ou non des méduses en été ne se pose plus depuis plusieurs années. « La présence des méduses en Méditerranée s’appuyait sur des cycles de douze ans, raconte Robert Calcagno, le directeur de l’Institut océanographique de Monaco. Trois ou quatre ans où on les voyait et huit ou neuf ans où elles semblaient disparaître. Ce cycle a commencé à se dégrader dans les années 1990 et, depuis 2000, on n’a plu connu une seule année sans méduses », ajoute-t-il.

On dénombre un millier d’espèces de méduses différentes dans le monde, certaines, à peine visibles, appartiennent au zooplancton, d’autres étirent leurs tentacules sur plusieurs mètres. Certaines sont effrayantes comme les cuboméduses tropicales observées notamment sur les côtes nord-est de l’Australie et responsables d’une cinquantaine de décès par an, d’autres, comme Pelagia noctiluca, la plus connue en Méditerranée, sont urticantes, douloureuses mais pas dangereuses.

Cela fait trente ans que la biologiste Jacqueline Goy consacre ses recherches à ces organismes translucides. La question aujourd’hui est de savoir pour quelles raisons leur nombre explose dans la plupart des mers et océans, en Méditerranée notamment.
Nitrate et phosphate

Les chercheurs sont loin de tout connaître sur le fonctionnement de ces animaux mais il y a aujourd’hui des pistes plus que sérieuses sur certaines des causes de leur prolifération. « La disparition de leurs prédateurs tels que tortues et thons en est une mais également la raréfaction, en raison de la surpêche, de certains concurrents pour la nourriture tels que les poissons pélagiques comme la sardine, la daurade, le loup, le hareng… », précise encore la docteur ès sciences, attachée scientifique à l’Institut océanographique de Monaco, qui cosigne un livre avec Robert Calcagno (1) attendu début septembre.

« La méduse est capable de jeûner très longtemps, de se nourrir de ses propres gonades si vraiment la disette perdure mais également d’ingurgiter jusqu’à la moitié de son poids dans une journée en cas d’abondance », souligne encore la scientifique. « La pollution de l’eau au nitrate et au phosphate qui participe au foisonnement de phytoplancton et donc du zooplancton amène encore de la nourriture », ajoute Robert Calcagno. Le réchauffement de l’eau favorise également la reproduction en continu et l’acidification qui augmente dans toutes les mers du monde ne touche pas les méduses, à la différence des organismes à coquillage. Enfin on est en train de découvrir que les microplastiques qui flottent dans les eaux servent de formidables radeaux sur lesquels se fixent les polypes reproducteurs.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP