20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée

Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée

Dernière mise à jour le samedi 26 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 25 Juillet 2014 -
Visualiser l’article original



Elles sont en Corse et sur certaines plages de la Côte d’Azur… Les méduses ont pris leurs quartiers d’été sur le littoral méditerranéen. Il est toutefois impossible de prévoir leurs déplacements. Le seul outil mis au point par le laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer qui aurait pu être exporté dans les communes voisines ne fonctionne plus. Le conseil général des Alpes-Maritimes a arrêté son financement. Le système était destiné à prévoir l’arrivée des bestioles sur les plages, avec au moins 24 heures d’avance, principalement en fonction notamment de la modélisation des courants. À défaut, il existe un site qui s’appuie sur les témoignages des vacanciers, mais quand les cnidaires sont là, c’est un peu tard pour s’en inquiéter.

Une chose est sûre, la question de savoir s’il y aura ou non des méduses en été ne se pose plus depuis plusieurs années. « La présence des méduses en Méditerranée s’appuyait sur des cycles de douze ans, raconte Robert Calcagno, le directeur de l’Institut océanographique de Monaco. Trois ou quatre ans où on les voyait et huit ou neuf ans où elles semblaient disparaître. Ce cycle a commencé à se dégrader dans les années 1990 et, depuis 2000, on n’a plu connu une seule année sans méduses », ajoute-t-il.

On dénombre un millier d’espèces de méduses différentes dans le monde, certaines, à peine visibles, appartiennent au zooplancton, d’autres étirent leurs tentacules sur plusieurs mètres. Certaines sont effrayantes comme les cuboméduses tropicales observées notamment sur les côtes nord-est de l’Australie et responsables d’une cinquantaine de décès par an, d’autres, comme Pelagia noctiluca, la plus connue en Méditerranée, sont urticantes, douloureuses mais pas dangereuses.

Cela fait trente ans que la biologiste Jacqueline Goy consacre ses recherches à ces organismes translucides. La question aujourd’hui est de savoir pour quelles raisons leur nombre explose dans la plupart des mers et océans, en Méditerranée notamment.
Nitrate et phosphate

Les chercheurs sont loin de tout connaître sur le fonctionnement de ces animaux mais il y a aujourd’hui des pistes plus que sérieuses sur certaines des causes de leur prolifération. « La disparition de leurs prédateurs tels que tortues et thons en est une mais également la raréfaction, en raison de la surpêche, de certains concurrents pour la nourriture tels que les poissons pélagiques comme la sardine, la daurade, le loup, le hareng… », précise encore la docteur ès sciences, attachée scientifique à l’Institut océanographique de Monaco, qui cosigne un livre avec Robert Calcagno (1) attendu début septembre.

« La méduse est capable de jeûner très longtemps, de se nourrir de ses propres gonades si vraiment la disette perdure mais également d’ingurgiter jusqu’à la moitié de son poids dans une journée en cas d’abondance », souligne encore la scientifique. « La pollution de l’eau au nitrate et au phosphate qui participe au foisonnement de phytoplancton et donc du zooplancton amène encore de la nourriture », ajoute Robert Calcagno. Le réchauffement de l’eau favorise également la reproduction en continu et l’acidification qui augmente dans toutes les mers du monde ne touche pas les méduses, à la différence des organismes à coquillage. Enfin on est en train de découvrir que les microplastiques qui flottent dans les eaux servent de formidables radeaux sur lesquels se fixent les polypes reproducteurs.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP