22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Les microalgues nous réservent d’immenses surprises

Les microalgues nous réservent d’immenses surprises

Dernière mise à jour le dimanche 16 juin 2013

Article paru
sur le site "Biofutur" - 13 Juin 2013
Visualiser l’article original


Se montrer pour mieux se cacher. Tel semblait être la stratégie choisie par les Coccosphærales, un ordre de microalgues dont on ignore presque tout bien qu’elles soient tellement abondantes qu’elles peuvent être visibles depuis l’espace. Ces acteurs incontournables des cycles organiques marins dévoilent un peu de leur mystère grâce au séquençage du génome d’une souche d’Emiliana huxleyi. Un consortium international – regroupant des équipes d’organismes de recherche américains, allemands, belges, britanniques, chiliens, canadiens et français – s’est ainsi attelé à la tâche en analysant, par la méthode globale de Sanger, le génome complet de la souche CCMP1516 et des séquences partielles de 13 autres spécimens d’E. huxleyi.
Contrairement aux attentes, le génome d’E. huxleyi ne contient que quelque 147 mégabases, soit 20 fois moins que le nôtre. Il semble pourtant contenir plus de 30 000 gènes codant des protéines, soit un tiers de plus que notre espèce. Largement dominé par des séquences répétées, qui représentent au moins 64 % de l’ensemble, il se distingue de celui des diatomées, un autre groupe de microalgues. À partir de ces données, les chercheurs ont déjà identifié des séquences apparentées à des gènes d’autres algues eucaryotes impliqués dans le transport de macromolécules et de fer, les modifications post-traductionnelles, le développement du cytosquelette et la transduction de signaux.
La structure de ce génome est aussi une source de surprises. D’après la comparaison entre les différents spécimens, il semble organisé en « pangénome » : les 13 souches séquencées ne partagent qu’environ 75 % de leurs séquences, ce que l’on appelle le « génome-cœur », les 25 % restants, appelés « génome permutable », étant très variables. Cette découverte interroge les scientifiques sur la diversité d’un groupe que l’on croyait très homogène et révèle un potentiel adaptatif insoupçonné.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP