19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale
Accueil > Actualités de la mer > Les microalgues nous réservent d’immenses surprises

Les microalgues nous réservent d’immenses surprises

Dernière mise à jour le dimanche 16 juin 2013

Article paru
sur le site "Biofutur" - 13 Juin 2013
Visualiser l’article original


Se montrer pour mieux se cacher. Tel semblait être la stratégie choisie par les Coccosphærales, un ordre de microalgues dont on ignore presque tout bien qu’elles soient tellement abondantes qu’elles peuvent être visibles depuis l’espace. Ces acteurs incontournables des cycles organiques marins dévoilent un peu de leur mystère grâce au séquençage du génome d’une souche d’Emiliana huxleyi. Un consortium international – regroupant des équipes d’organismes de recherche américains, allemands, belges, britanniques, chiliens, canadiens et français – s’est ainsi attelé à la tâche en analysant, par la méthode globale de Sanger, le génome complet de la souche CCMP1516 et des séquences partielles de 13 autres spécimens d’E. huxleyi.
Contrairement aux attentes, le génome d’E. huxleyi ne contient que quelque 147 mégabases, soit 20 fois moins que le nôtre. Il semble pourtant contenir plus de 30 000 gènes codant des protéines, soit un tiers de plus que notre espèce. Largement dominé par des séquences répétées, qui représentent au moins 64 % de l’ensemble, il se distingue de celui des diatomées, un autre groupe de microalgues. À partir de ces données, les chercheurs ont déjà identifié des séquences apparentées à des gènes d’autres algues eucaryotes impliqués dans le transport de macromolécules et de fer, les modifications post-traductionnelles, le développement du cytosquelette et la transduction de signaux.
La structure de ce génome est aussi une source de surprises. D’après la comparaison entre les différents spécimens, il semble organisé en « pangénome » : les 13 souches séquencées ne partagent qu’environ 75 % de leurs séquences, ce que l’on appelle le « génome-cœur », les 25 % restants, appelés « génome permutable », étant très variables. Cette découverte interroge les scientifiques sur la diversité d’un groupe que l’on croyait très homogène et révèle un potentiel adaptatif insoupçonné.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP