25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Les microalgues nous réservent d’immenses surprises

Les microalgues nous réservent d’immenses surprises

Dernière mise à jour le dimanche 16 juin 2013

Article paru
sur le site "Biofutur" - 13 Juin 2013
Visualiser l’article original


Se montrer pour mieux se cacher. Tel semblait être la stratégie choisie par les Coccosphærales, un ordre de microalgues dont on ignore presque tout bien qu’elles soient tellement abondantes qu’elles peuvent être visibles depuis l’espace. Ces acteurs incontournables des cycles organiques marins dévoilent un peu de leur mystère grâce au séquençage du génome d’une souche d’Emiliana huxleyi. Un consortium international – regroupant des équipes d’organismes de recherche américains, allemands, belges, britanniques, chiliens, canadiens et français – s’est ainsi attelé à la tâche en analysant, par la méthode globale de Sanger, le génome complet de la souche CCMP1516 et des séquences partielles de 13 autres spécimens d’E. huxleyi.
Contrairement aux attentes, le génome d’E. huxleyi ne contient que quelque 147 mégabases, soit 20 fois moins que le nôtre. Il semble pourtant contenir plus de 30 000 gènes codant des protéines, soit un tiers de plus que notre espèce. Largement dominé par des séquences répétées, qui représentent au moins 64 % de l’ensemble, il se distingue de celui des diatomées, un autre groupe de microalgues. À partir de ces données, les chercheurs ont déjà identifié des séquences apparentées à des gènes d’autres algues eucaryotes impliqués dans le transport de macromolécules et de fer, les modifications post-traductionnelles, le développement du cytosquelette et la transduction de signaux.
La structure de ce génome est aussi une source de surprises. D’après la comparaison entre les différents spécimens, il semble organisé en « pangénome » : les 13 souches séquencées ne partagent qu’environ 75 % de leurs séquences, ce que l’on appelle le « génome-cœur », les 25 % restants, appelés « génome permutable », étant très variables. Cette découverte interroge les scientifiques sur la diversité d’un groupe que l’on croyait très homogène et révèle un potentiel adaptatif insoupçonné.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP