29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Actualités de la mer > Les moules de Dieppe servies dans la Manche

Les moules de Dieppe servies dans la Manche

Dernière mise à jour le mardi 24 mai 2016

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 23 Mai 2016
Visualiser l’article original


.La décision a été prise samedi de ne pas ouvrir les gisements de moules de l’Est Cotentin à la pêche, faute de matière. La Manche sera fournie en moules sauvages de Dieppe.

Les moules de l’Est Cotentin et principalement la Blonde de Barfleur, dans la Manche, labellisée par Normandie fraîcheur mer, étaient devenues un produit incontournable des tables de restaurant et des étals de poissonneries dans le département de la Manche et le Nord-Cotentin. Avec plus de 60 000 tonnes pêchées chaque année, chacun y trouvait son compte.

Chez certains poissonniers, les affiches sont déjà sur les étals et la pénurie est anticipée avec des panneaux spécifiques sur lesquels les clients lisent : Arrivage moules sauvages de Dieppe, aussi belles que la Barfleur.

" Ils ont surpêché l’an dernier sur les gisements. C’est pour nous un produit d’appel et la demande est importante ", déclare-t-on à la poissonnerie Normandie-Bretagne, installée rue Grande-Rue, à Cherbourg, qui vend une moyenne de 500 kg de moules par semaine. " Maintenant que l’on sait qu’il n’y en aura pas, on s’est rabattu sur les moules de Dieppe qui sont très charnues. "

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP