13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Les parcours des baleines à bosse suivis par satellite

Les parcours des baleines à bosse suivis par satellite

Dernière mise à jour le vendredi 3 mai 2013

Article paru
sur le site "Zinfos 974" - 03 mai 2013
Visualiser l’article original


es baleines à bosse suivies dans leurs moindres déplacements : c’est le projet que met sur pied l’association Globice en collaboration avec l’ONG Wildlife Conservation Society.

L’espèce conserve en effet jalousement un grand nombre de mystères, au niveau de ses parcours migratoires par exemple.

Le programme MIROMEN pour "MIgration ROutes of MEgaptera Novaeangliae", porté par Globice, en partenariat avec l’ONG Wildlife Conservation Society (WCS), avec le soutien de la Commission Européenne, vise à apporter quelques éclairages sur cette partie du cycle de l’espèce.

MIROMEN prévoit le déploiement de balises Argos sur 15 individus adultes, afin de suivre leurs mouvements migratoires par satellite.

Si le suivi satellitaire de certaines espèces, comme les oiseaux ou les tortues est couramment mené, notamment à la Réunion, il n’en va pas de même en ce qui concerne la baleine.

Des opérations de ce type ont été mises en œuvre avec succès, notamment en Nouvelle Calédonie, dans les îles Cook, dans les Comores ou à Madagascar, apportant des données très intéressantes sur les déplacements des individus. Pour la Réunion, il s’agira d’une première.

Le procédé est technique et requiert l’intervention d’une équipe internationale spécialisée. Globice s’appuiera sur l’expérience de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et d’Ygor Geyer, spécialiste de la pose de balises Argos.

Après l’implantation d’une balise Argos sur le dos de la baleine, juste en dessous de la nageoire dorsale, le système transmet ensuite sa position dès que la baleine est en surface. Puis la baleine finit par rejeter l’équipement, comme un corps étranger, au bout de quelques semaines ou mois. C’est ainsi le trajet effectué par la baleine au sein de l’océan Indien qui sera dévoilé.

Aider la Commission baleinière dans ses choix

Concrètement, l’équipe de recherche espère mettre à jour les routes utilisées par les animaux ne faisant que transiter par la Réunion, en route vers leur site final de reproduction ou de mise bas. Les baleines à bosse du sud-ouest de l’océan Indien constituent l’une des sept populations reproductrices de l’hémisphère sud, selon la Commission Baleinière Internationale (CBI). Sa population est nommée "Stock C". Cette région est divisée en quatre sous-régions : la côte Est de l’Afrique continentale (stock C1), les Comores (C2), Madagascar (C3), et les Mascareignes (C4). MIROMEN vise en premier lieu à apporter des informations quant aux échanges entre ces sous-stocks, ainsi que sur les parcours utilisés entre les différentes îles de la région.

Ensuite, ce sont leurs déplacements autour de l’île qui intéresseront les chercheurs. Si les données abondent sur la côte Ouest, la fréquentation par les baleines de l’Est et du Sud reste bien peu documentée.

Enfin, peut-être certains individus dévoileront-ils leur route vers leur zone de nourrissage, loin au sud de la Réunion. Actuellement, très peu de données scientifiques sont disponibles quant aux routes migratoires des baleines du Stock C à destination de leur aire de nourrissage. MIROMEN vise à combler une lacune de connaissance à ce niveau.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP