19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Les parcours des baleines à bosse suivis par satellite

Les parcours des baleines à bosse suivis par satellite

Dernière mise à jour le vendredi 3 mai 2013

Article paru
sur le site "Zinfos 974" - 03 mai 2013
Visualiser l’article original


es baleines à bosse suivies dans leurs moindres déplacements : c’est le projet que met sur pied l’association Globice en collaboration avec l’ONG Wildlife Conservation Society.

L’espèce conserve en effet jalousement un grand nombre de mystères, au niveau de ses parcours migratoires par exemple.

Le programme MIROMEN pour "MIgration ROutes of MEgaptera Novaeangliae", porté par Globice, en partenariat avec l’ONG Wildlife Conservation Society (WCS), avec le soutien de la Commission Européenne, vise à apporter quelques éclairages sur cette partie du cycle de l’espèce.

MIROMEN prévoit le déploiement de balises Argos sur 15 individus adultes, afin de suivre leurs mouvements migratoires par satellite.

Si le suivi satellitaire de certaines espèces, comme les oiseaux ou les tortues est couramment mené, notamment à la Réunion, il n’en va pas de même en ce qui concerne la baleine.

Des opérations de ce type ont été mises en œuvre avec succès, notamment en Nouvelle Calédonie, dans les îles Cook, dans les Comores ou à Madagascar, apportant des données très intéressantes sur les déplacements des individus. Pour la Réunion, il s’agira d’une première.

Le procédé est technique et requiert l’intervention d’une équipe internationale spécialisée. Globice s’appuiera sur l’expérience de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et d’Ygor Geyer, spécialiste de la pose de balises Argos.

Après l’implantation d’une balise Argos sur le dos de la baleine, juste en dessous de la nageoire dorsale, le système transmet ensuite sa position dès que la baleine est en surface. Puis la baleine finit par rejeter l’équipement, comme un corps étranger, au bout de quelques semaines ou mois. C’est ainsi le trajet effectué par la baleine au sein de l’océan Indien qui sera dévoilé.

Aider la Commission baleinière dans ses choix

Concrètement, l’équipe de recherche espère mettre à jour les routes utilisées par les animaux ne faisant que transiter par la Réunion, en route vers leur site final de reproduction ou de mise bas. Les baleines à bosse du sud-ouest de l’océan Indien constituent l’une des sept populations reproductrices de l’hémisphère sud, selon la Commission Baleinière Internationale (CBI). Sa population est nommée "Stock C". Cette région est divisée en quatre sous-régions : la côte Est de l’Afrique continentale (stock C1), les Comores (C2), Madagascar (C3), et les Mascareignes (C4). MIROMEN vise en premier lieu à apporter des informations quant aux échanges entre ces sous-stocks, ainsi que sur les parcours utilisés entre les différentes îles de la région.

Ensuite, ce sont leurs déplacements autour de l’île qui intéresseront les chercheurs. Si les données abondent sur la côte Ouest, la fréquentation par les baleines de l’Est et du Sud reste bien peu documentée.

Enfin, peut-être certains individus dévoileront-ils leur route vers leur zone de nourrissage, loin au sud de la Réunion. Actuellement, très peu de données scientifiques sont disponibles quant aux routes migratoires des baleines du Stock C à destination de leur aire de nourrissage. MIROMEN vise à combler une lacune de connaissance à ce niveau.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP