22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Les passionnés, des vigies de la nature

Les passionnés, des vigies de la nature

Dernière mise à jour le jeudi 17 avril 2014

Article paru
sur le site "le figaro" - 00 avril 2012
Visualiser l’article original


Énumérer les plantes qui poussent entre les pavés des villes, photographier des insectes pollinisateurs en pleine action, compter les oiseaux qui prennent leur aise dans les jardins publics, recenser les écureuils dans les forêts… Tous les amoureux de la biodiversité sont conviés pour participer à la nouvelle saison de Vigie-Nature. Objectif ? « Comprendre comment la biodiversité se recompose face aux changements globaux, qu’ils soient liés à l’urbanisation, aux pratiques agricoles, au changement climatique », explique Thomas Grenier, le directeur du Muséum national d’histoire naturelle.

L’opération vise à marier intelligemment le plaisir des uns à la rigueur scientifique des autres. Cette forme de « science participative » permet aux chercheurs d’obtenir des centaines de milliers de données collectées sur la base de règles bien précises, qu’ils ne seraient pas en mesure d’avoir autrement et ainsi d’analyser des évolutions d’espèces animales ou végétales. « Ce genre de programme émerge partout dans le monde », explique Romain Julliard, le directeur scientifique de l’initiative.

Vigie-Nature a fait ses premiers pas en 1989 avec le programme Stoc (Suivi temporel des oiseaux communs). Mais il a fallu attendre 2006 pour que de nouveaux programmes français voient le jour. Ce fut d’abord l’Observatoire de la biodiversité des jardins qui recense papillons et escargots. Les premiers résultats sont d’ailleurs assez inquiétants puisqu’ils laissent apparaître une diminution de 40% de l’indice d’abondance des espèces de papillons. « Des chiffres qu’il faut toutefois prendre avec précaution faute d’un recul suffisant », rappelle-t-on au Muséum. Il en va ainsi du vulcain. Il y en a beaucoup moins en France comme en Angleterre depuis 2006. Mais si l’on se réfère à la période de recensement anglaise qui est beaucoup plus longue (1976-2010), on constate alors une hausse de 297%.
La rue d’Ile-de-France la plus riche en biodiversité

Cette année, le Muséum lance avec la participation de la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) l’Observatoire des oiseaux de jardins pour 52 espèces (le site Internet sur lequel s’inscrire ouvre le 1er avril). « Nous souhaitons savoir quand et pourquoi les oiseaux visitent les jardins » souligne Frédéric Jiguet en charge de ce programme au Muséum. L’autre nouveauté de 2012 s’intitule 50.000 observations pour la forêt. L’idée cette fois-ci est d’obtenir des informations sur des espèces emblématiques appartenant à quatre grandes familles : les vertébrés (écureuil, lézard vert, orvet...), les gastéropodes (hélice des bois, limace...), les papillons de jours (Robert-le-diable, Tabac d’Espagne…), les coléoptères (carabe doré, Rosalie alpine, petit ou grand capricorne…).

Enfin, le programme Spipoll (suivi photographique des insectes pollinisateurs) se poursuit. 40.000 photographies ont d’ores et déjà été recensées représentant 463 espèces différentes d’insectes floricoles. Le programme Sauvages de ma rue entame quant à lui sa deuxième année en s’ouvrant après Paris et sa région à toutes les grandes villes de France. L’an dernier, 330 trottoirs ont été passés au peigne fin en Ile-de-France permettant de recenser 120 espèces. « La rue la plus riche en biodiversité de toute l’Ile-de-France était le passage des deux-portes dans le XXe arrondissement, avec 35 espèces sur seulement 70 mètres ! » raconte Nathalie Machon, professeur au Muséum et responsable du programme.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP