19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Les pays riverains peuvent-ils s’entendre pour protéger la Méditerranée (...)

Les pays riverains peuvent-ils s’entendre pour protéger la Méditerranée ?

Dernière mise à jour le mardi 28 février 2012

Article paru sur le site "La Croix" - Lundi 20 Février 2012
Visualiser l’article original



Les pays riverains peuvent-ils s’entendre pour protéger la Méditerranée ?

LUCIEN CHABASON
Président du plan Bleu (1)

« LES PAYS ONT LA TÊTE AILLEURS »

« D’une certaine manière, le programme d’action pour la Méditerranée (Pam) est exemplaire. Tous les pays sont capables de se réunir autour d’une même table : les Turcs parlent aux Chypriotes, les Israéliens aux Libanais et aux Syriens, etc. L’environnement a ceci de particulier qu’il permet aux pays de mettre leurs conflits politiques en veilleuse pour coopérer. Ainsi la politique ne franchit pas la porte du Pam, car toute politisation des débats condamne forcément à l’échec.

Mais telle est précisément la limite de l’exercice. Le Pam reste cantonné à des réunions d’experts. Il souffre d’un double déficit d’ambitions politiques et de moyens financiers. La 17e réunion des Parties (réunissant les 21 États riverains et l’Union européenne) qui s’est tenue récemment à Paris en est une parfaite illustration : trente-sept ans après le lancement du programme, il n’est toujours pas possible de faire un diagnostic exhaustif de l’état de l’environnement en Méditerranée.

Les cartes restent marquées de vastes zones blanches sans données sur la pollution, la surveillance de la pollution restant de la responsabilité des États, plus ou moins motivés sur le sujet. La conférence a en outre été largement consacrée à l’adoption d’un plan de rigueur, notamment pour compenser les contributions restées impayées par plusieurs États, alors même que le budget global de 5 millions d’euros est bien modeste eu égard aux enjeux de dépollution de la Méditerranée.

Le contexte politico-économique n’est, il est vrai, guère favorable. Où vont la Grèce, l’Italie, l’Espagne, les révolutions arabes ? Face à ces points d’interrogation, l’environnement est en repli. Les pays ont la tête ailleurs. Et même si l’Union européenne a accepté de verser au pot un million d’euros, elle n’est plus la locomotive qu’elle était au cours des années 1990, au moment où les pays européens riverains ont profité à plein de ses financements pour assainir les eaux usées rejetées en mer.

Il est loin le temps de la politique euro-méditerranéenne qui ambitionnait de transformer la rive sud de la Méditerranée comme la rive nord. Et avec l’effondrement de la Grèce, l’UE a perdu sa vitrine sur la Méditerranée. Dans ce contexte difficile, le plan Bleu continue de plaider sans relâche pour la prise en compte des enjeux d’environnement et de ressources naturelles qui sont plus impérieux que jamais. »

ROLAND COURTEAU
Sénateur PS de l’Aude, auteur du rapport « La pollution de la Méditerranée : état et perspectives à l’horizon 2030 »

« IL FAUT RÉFORMER LA GOUVERNANCE »

« On a trop longtemps considéré que la mer Méditerranée pouvait tout supporter. Mais cette mer est petite et, parce qu’elle est quasiment fermée, ses eaux mettent un siècle pour se renouveler. Elle est donc plus vulnérable aux pollutions que les océans. Or elle subit une pression anthropique colossale et celle-ci va s’accentuer dans les décennies à venir. Si nous ne sommes pas capables de réagir dans les vingt ans qui viennent, la situation deviendra irrattrapable. Pour sortir de l’impasse actuelle et faire de ce dossier un enjeu prioritaire, il est nécessaire de réformer et d’unifier la gouvernance.

C’est la première proposition que je formule dans mon rapport. Car les échelons de coopération entre pays riverains se sont amoncelés – Union européenne, plan d’action pour la Méditerranée (Pam) lancé en 1975, Union pour la Méditerranée (UPM) de 2008 – sans pour autant apporter de manière décisive des réponses pour enrayer la progression de la pollution, même si, ici ou là, du bon travail a été entrepris. L’UPM qui voulait apporter un cadre de cohérence politique au codéveloppement entre l’Europe et les États riverains non membres, notamment dans le domaine de l’environnement, est déjà encalminée. Elle bute précisément sur des problèmes politiques.

Le Pam, après plus de trente ans d’existence, reste dépendant du bon vouloir des États signataires, et l’on a tout lieu de s’inquiéter pour son avenir dans la mesure où ses moyens financiers se raréfient alors que les protocoles qu’il est chargé de faire respecter, eux, se multiplient. Une solution serait de créer une agence de protection de l’environnement et de promotion du développement durable en Méditerranée sur la base du volontariat et non d’un accord politique général.

On peut imaginer différentes manières de créer cette agence : soit l’UPM disparaît, soit l’agence est créée en son sein, le Pam pouvant être intégré à l’agence. L’important réside dans le volontariat et surtout dans l’abandon de la règle de l’unanimité que l’on n’obtient jamais. Les investissements doivent être décidés à la majorité qualifiée (dont le seuil serait à déterminer). »

(1) Programme d’action régional dépendant du plan d’action pour la Méditerranée de la convention de Barcelone.

Recueilli par MARIE VERDIER



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP