15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Les pêcheurs de loisir favorables à des restrictions

Les pêcheurs de loisir favorables à des restrictions

Dernière mise à jour le lundi 18 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 16 Avril 2016
Visualiser l’article original


Fin 2015, les ministres européens de la pêche ont pris des mesures draconiennes au-dessus du 48e parallèle, soit dans une zone qui part de la pointe du Finistère et qui couvre la Manche et la mer du Nord : interdiction totale de pêcher le bar de janvier à juin, sauf pour les ligneurs et fileyeurs pour lesquels l’interdiction valait pour les seuls mois de février et mars.
Ensuite, jusqu’en décembre, les particuliers seront rationnés à un bar par jour, le quota des professionnels étant fixé entre 1 tonne et 1,3 tonne par mois et par bateau, selon le type de pêche.
« Une catastrophe pour la ressource »
En Atlantique, rien. La seule mesure restrictive a été prise en 2012 et concerne les seuls pêcheurs de loisir, qui ont obligation de respecter une taille minimale de 42 cm.
Les professionnels, eux, peuvent descendre jusqu’à 36 cm, ce qui constitue la première incongruité (2) que relève Jean-Claude Briens, animateur pêche de l’Unan 56. « On demande à ce que les 42 cm soient aussi appliqués aux professionnels, pour que ne soient pêchés que des poissons qui ont eu au moins une reproduction ». Mais ce n’est pas l’élément primordial aux yeux de ce pêcheur de toujours.
La première mesure que demande l’Unan, c’est que la pêche du bar soit interdite pendant la période de reproduction, soit de janvier à avril. « Autoriser la pêche à cette période, c’est une catastrophe pour la ressource. Et c’est un raisonnement économique à court terme. Que feront les professionnels quand il n’y aura plus de poissons ? Là, on sera vraiment confronté à un désastre économique ».

Les pêcheurs plaisanciers ont fait du lobbying auprès des élus pour faire entendre leur cause. Sans grand résultat. « Dernièrement, le député européen Alain Cadec nous a laissé entendre qu’aucune mesure ne serait envisagée avant fin 2017. Les pêcheurs professionnels ont plus de poids que nous », regrette Jean-Claude Briens.
Haro sur le chalut pélagique

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP