22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Les pêcheurs européens unis contre la politique « du zéro rejet (...)

Les pêcheurs européens unis contre la politique « du zéro rejet »

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "La Voix du Nord" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



Les pêcheurs européens unis contre la politique « du zéro rejet »

COMMISSION EUROPÉENNE

La Commission européenne souhaite imposer le principe du « zéro rejet en mer » d’ici quelques mois. Une initiative qui fait l’unanimité contre elle parmi les pêcheurs européens. Hier, à Nausicaà, un colloque réunissait patrons de pêche venus de toute l’Europe, politiques et membres de la Commission pour planter un débat, qui s’est avéré un réquisitoire contre la politique européenne.

PAR SYLVAIN LIRON

> Zéro rejet, ça veut dire quoi ?

Actuellement, les pêcheurs sont soumis à une réglementation importante de leurs prises. Quotas par espèce, taille des poissons. Une partie de ce qui est ramené dans les filets est rejetée en mer, mort. Pour éviter ce gaspillage et préserver l’espèce, la Commission s’est mise en tête d’interdire d’ici 2015 tous les rejets, qui se chiffrent en millions de tonnes chaque année. « Il faut changer la mentalité des cales pleines à ras bord.

 » Les « déchets » devraient être ramenés au port pour être transformés en farine animale. Impensables pour les pêcheurs européens.

Diminuer ou réduire, oui. Interdire, non.

> Qu’en pensent les scientifiques ?

« Un poisson mort est mort », souligne Alain Biseau, d’Ifremer, qui préfère insister sur la sélectivité, c’est-à-dire le choix de filets permettant de ne pas capturer les « mauvais » poissons. « Rapporter les rejets à terre n’a aucun intérêt pour la protection de la ressource. »

> La sélectivité est-elle la solution miracle ?

Une solution, oui. Miracle, non. Depuis une dizaine d’années, les pêcheurs européens, de l’Espagne à l’Irlande en passant par l’Écosse ont, selon eux, fait beaucoup d’efforts. Ils ont mis en place de nouveaux filets qui ont permis une forte diminution des rejets allant jusqu’à 50 %. Mais, plus le filet est performant écologiquement, plus il ampute le chiffre d’affaires du bateau, comme l’a constaté Marc Meillat (Ifremer), dans une étude sur les langoustines dans le golfe de Gascogne. Il faut donc trouver un compromis entre efficacité du filet et rendement.

> Pourquoi les pêcheurs s’inquiètent ?

Les produits non désirés ne seront pas transformables à bord. « Nous ne sommes pas des bateaux usines. » Et diminueront la place réservée au poisson commercialisable. Obligeant à plus d’allers-retours et moins de rentabilité. En colère et unis, les pêcheurs souffrent de la politique dite du bâton, persuadés que la Commission ne fait que les punir, sans tenir compte des efforts réalisés.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP