13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Les pistes pour lutter contre la chenille du pin

Les pistes pour lutter contre la chenille du pin

Dernière mise à jour le jeudi 13 août 2015

Article paru
sur le site "La Croix" - 07 Août 2015
Visualiser l’article original


Son expansion est inexorable. Confinée longtemps au bassin méditerranéen, la chenille processionnaire du pin est entrée dans Paris à la faveur du réchauffement climatique, aidée dans sa progression par l’extension de la plantation de pins pour raisons ornementales.

Or, ses poils très urticants peuvent être dangereux pour l’homme et pour les animaux. « Quand les chenilles sortent du nid en procession, il suffit d’un rien – un courant d’air – pour qu’elles se sentent agressées, détaille Jean-Claude Martin, de l’unité expérimentale Entomologie et forêt méditerranéenne de l’Inra. Elles se mettent alors en position de défense et éjectent de très légères soies urticantes. »

Formées de petits harpons, ces soies minuscules se plantent dans la peau. Il suffit alors de se gratter pour libérer le venin qui provoque de fortes démangeaisons, voire dans certains cas rares, un choc allergique.
Méthodes respectueuses de l’environnement

La progression de la chenille vers le nord, en particulier dans les zones urbaines, complique les mesures de prévention. La pulvérisation d’insecticide – méthode traditionnelle de lutte – n’est pas envisageable en milieu urbain pour des raisons sanitaires. Mais des méthodes alternatives, respectueuses de l’environnement, se sont développées.

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP